Gilles Gaston Granger sur science et erreur

L’édifice scientifique est nécessairement en déséquilibre et constamment en progrès. L’erreur n’y joue pas seulement le rôle d’un accident psychologique, elle fait pour ainsi dire partie intégrante du mouvement de l’esprit qui engendre la science; à tel point qu’on pourrait songer à définir paradoxalement la connaissance scientifique comme la connaissance erronée. Entendons par là que seule elle implique la possibilité de donner un sens précis à l’erreur, de la reconnaître, et d’en partir pour un nouvel essor…. On pourrait même dire que le progrès de la science consiste, pour une part, à faire passer une erreur de l’état d’erreur vulgaire — c’est-à-dire de  savoir informulé, ambigu —, à l’état d’erreur scientifique, c’est-à-dire de savoir réfutable. En ce sens, la science ne cesse de se détruire elle-même pour renaître, ou mieux pour naître vraiment. (pp. 9-10)

Granger, G. G. (2016). Pensée formelle et sciences de l’homme. Archives Karéline (fac-similé de l’édition Aubier-Montaigne, 1967).

Voir aussi Bachelard (1938/1983).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *