Philip Kitcher on reliance on authority

Reliance on authority affects the cognitive lifes of scientists in at least three ways. First, there is the general epistemic dependence on the past that permeates everyone’s early intellectual ontogeny. We absorb the lore of our predecessors through the teaching of parents and other authorities. Second, at the time of entry into the scientific community, fledgling scientists endorse a community-wide conception of legitimate epistemic authority. Certain people are to be trusted to decide on certain issues and the novice must accept whatever agreements they reach on those issues. Third, during the course of individual research, scientists interact with one another, collaborating and competing, adopting the claims made by some of their colleagues, investigating the proposals of others, when the claims and proposals in question go beyond what is agreed upon by the pertinent community. There are different assignments of authority within the scientific community, and these may shape the course of the members’ research. (p. 245)

Kitcher, P. (1992). Authority, deference, and the role of individual reason. In E. McMullin (Ed.), The social dimensions of Science (pp. 244-271). Notre Dame (Indiana): University of Notre Dame Press.


2 réflexions au sujet de « Philip Kitcher on reliance on authority »

  1. Julien TEYCHENÉ-BLANC

    Bonjour Professeur Vautier,

    Une amie qui vous a eu comme professeur m’a recommandé vos travaux alors que nous discutions du critère de falsification de Karl Popper, et plus largement d’épistémologie et et de philosophie des sciences. Personnellement je suis passionné de tout ce qui concerne les biais cognitifs, sujet qui nécessairement branche sur la psychologie. Si je me permets de laisser un commentaire ici c’est dans l’espoir de partager une conversation avec vous et en apprendre plus sur vos positions à travers un dialogue plutôt qu’à travers la relation à sens unique de la lecture (ou en résumé : vive Socrate !).

    Concernant l’impact de l’autorité dans la communauté scientifique j’irai challenger une partie du deuxièmement et troisièmement de cet extrait de Kitcher. L’autorité présente dans la communauté scientifique, s’il faut se résoudre à utiliser le mot ‘autorité’, n’est pas une autorité déférée pour une question d’ancienneté ou de compétence supérieure comme elle l’est lorsque nous sommes enfants, et ce pour deux raisons.

    La première étant que si cela devient nécessaire il est possible d’abandonner cette déférence et d’aller chercher l’explication elle même avec les arguments qui la soutienne ainsi que la mesure de leur qualité et de leur robustesse.

    La deuxième est que cette autorité n’est pas l’autorité d’un individu qui découlerait de qualités ce ce dernier ou cette dernière n’ayant épistémologiquement aucun rapport avec l’argument. C’est une autorité soutenue par un consensus (qui peut être remis en question), et surtout par un process d’erreurs rectifiées (que vous évoquez dans votre post du 10/02/2017).

    Je voudrais illustrer cette différence par une référence, un podcast qui la met très bien en avant : https://youtu.be/J21QuHrIqXg?t=18m4s (de 18:04 à 22:45 environ)

    Une copie texte de cet échange est présente sur la page https://www.samharris.org/blog/item/surviving-the-cosmos et en voici un extrait :

    « There is a process of error correction in the scientific community that approximates what I would use if I had the time, and the background, and the interest to pursue it there. […] It’s not that I’m sure. It’s not that I take their word for it in any sense. It’s that I have this positive theory of what has happened to get that information to the right place. »

    La confiance n’est pas placée dans un individu ou ses qualités, mais dans la qualité de sa formation et la rigueur de sa discipline. C’est une autorité fragile car toutes les sciences ne sont pas égales en effet sur ce sujet (ex : physique du système solaire VS sciences humaines et sociales), et tous les domaines d’expertises dans une discipline ne sont pas égaux non plus (en médecine par exemple).

    Est-ce donc une question d’un impact d’une autorité sur la vie cognitive des scientifiques comme le dit Kitcher ? Je ne crois pas. C’est avant tout une question de pragmatisme et je rejoins Sam Harris quand il dit que « this is less a statement of epistemology than it is a statement about the specialization of knowledge and the unequal distribution of human talent and, frankly, the shortness of every human life. We simply don’t have time to check everyone’s work, and we have to rely sometimes on faith that the system of scientific conversation is correcting for errors, self-deception, and fraud. »

    Ce n’est pas dire pour autant que la communauté scientifique est sans biais, sans erreur, instruite en épistémologie, et insensible à l’autorité ; mais cognitivement l’autorité épistémique des sciences en général et celle d’un parent, ou d’une autre figure responsable, face à l’enfant qui se forme intellectuellement, ne devraient pas, à mon avis, être mises en parallèle.

    J’espère ne pas avoir été trop confus, surtout pour un premier contact, ni trop long.

    Et dans l’attente de votre réponse je vous prie de croire, Professeur, à mes sentiments les meilleurs.

    Julien TEYCHENÉ-BLANC

    Répondre
    1. Stéphane Vautier Auteur de l’article

      Merci pour votre commentaire et la référence à Sam Harris que je ne connaissais pas. Je crois bien que je partage votre idée qu’il y a plusieurs formes d’autorité « cognitive » et que, pragmatiquement parlant, la confiance est inévitable puisqu’on ne peut pas tout vérifier par soi-même (quoiqu’en dise Bachelard — https://epistemo.hypotheses.org/110). Et je suppose que Kitcher serait d’accord aussi.

      Ce qui me semble important, c’est qu’une communauté scientifique valorise le travail critique en son sein, ce qui ne va pas bien avec une attitude de repli identitaire qui conduit, en psychologie, à une sorte de communautarisation théorique où chaque petit territoire vit un peu en autarcie intellectuelle, où l’étudiant se confronte à une nécessité de cooptation qui devient trop facilement une forme de loyauté valant promesse de ne pas critiquer le dogme ou le paradigme (voir aussi Morin : https://epistemo.hypotheses.org/2758), et où la formation universitaire des futurs psychologues, via la « départementalisation » des cursus, revient à proposer aux étudiants une sorte de choix d’obédience.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *