Françoise Parot sur le mot et la chose

… le mot crée la chose, et que chacun en parle et voilà le psychique suggéré par l’échange qui devient une chose. (p. 54)

Parot, F. (2017). La psychologie française dans l’impasse : du positivisme de Piéron au personnalisme de Fraisse. Paris : Editions Matériologiques.


Une réflexion au sujet de « Françoise Parot sur le mot et la chose »

  1. Stéphane Vautier Auteur de l’article

    N’importe quoi « suggéré par l’échange », comme par exemple Tom Bombadil, crée une chose. Encore faut-il décrire en quoi consiste « l’échange », parce que, si je cède à l’imagination à mon tour, la « densité ontologique » de cette chose dépend de la « densité de l’échange » qui la crée (et ne me demandez pas comment mesurer les deux densités en question puisque ce sont des métaphores). Le psychisme comme artefact du langage, ce n’est pas la même chose que le psychisme comme condition de possibilité du langage. Retenir ce problème de causalité.

    Si les termes qui me désignent, « je », « Stéphane Vautier prof au Mirail », etc., créent « me », me créent, comme simple artefact langagier, il y a une dissociation logique entre je-instantané et je-image-à-quoi-je-instantané-puisse-s’identifier. « Je-instantané » existe indépendamment du « je-image ». Le je-instantané me fait penser à ce que Simone Weil appelle le sacré et le « je-image » à ce qu’elle appelle la personne (http://classiques.uqac.ca/classiques/weil_simone/Ecrits_de_Londres/Ecrits_de_Londres.html).

    Le pouvoir magique (au sens des jeteurs de sorts) des tests psy tient au fait que les scores que les testeurs attribuent aux gens contribuent à façonner leur « je-image ». Plus je-instantané dépend de son « je-image », plus les testeurs sont puissants. L’évaluation psychologique est une forme de modelage du je-image des gens. Il y a le travail qui consiste à libérer les gens de leur dépendance à leur « je-image ». C’est pourquoi les psychologues doivent s’expliquer sur l’usage qu’ils font des tests psy s’ils revendiquent qu’ils veulent aider les gens à s’émanciper (être libres — et responsables).

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *