Sigmund Freud on inhibition and anxiety

Many inhibitions are an obvious renunciation of function, because the exercice of the function would give rise to anxiety. (p. 12)

Freud, S. (1936). The problem of anxiety. New York: The Psychoanalytic Quarterly Press and W. W. Norton. (Original published 1926 as Hemmung, Symptom und Angst)


Une réflexion au sujet de « Sigmund Freud on inhibition and anxiety »

  1. Stéphane Vautier Auteur de l’article

    Forme logique du principe : exercice de la fonction => anxiété, d’où pas d’anxiété => inhibition de la fonction. Je trouve ce principe éclairant lorsqu’on l’applique à l’activité intellectuelle : penser qu’on se trouve dans l’ignorance est inquiétant. Si nous ne voulons pas être inquiétés, ne pensons pas que nous sommes dans l’ignorance. Reste à décrire en quoi consiste l’inquiétude suscitée par la conscience de l’ignorance (sentiment désagréable ?) et, plus important pratiquement, à voir si l’inquiétude peut être apprivoisée et comment (réaliser que renoncer à une croyance ne tue pas ?). Examiner nos « attitudes cognitives » face à la peur relève alors de notre formation épistémologique : l’évitement de l’anxiété contrôlant l’inhibition de l’activité intellectuelle vu comme obstacle épistémologique.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *