Arnaud Dumouch sur dialectique versus coopération

Si j’entre dans une pensée dialectique, ça veut dire si, d’un côté, celui qui parle de l’esthétique — elle est jolie cette noix —, se met à mépriser le physicien qui dit « elle pèse tant de grammes », et bien en fait, c’est une pensée immature. Les deux approches donnent quelque chose de réel à la noix. Elles n’ont pas à se mépriser, elles ne se rejoignent que sur une seule donnée, c’est la même réalité qu’elles observent. (11:39)

Dumouch, A. (2012, 3 juillet). Annexe critique 2 : qu’est-ce que l’épistémologie ?


3 réflexions au sujet de « Arnaud Dumouch sur dialectique versus coopération »

  1. Stéphane Vautier Auteur de l’article

    Je retiens la citation parce que je me méfie des discours qui, au nom de la dialectique, rejettent le principe (logique) de non-contradiction — la dialectique comme irrationalisme. Qu’un autre caractérise la dialectique comme posture de mépris n’est pas fait pour atténuer cette méfiance. La controverse critique rationnelle n’est pas possible avec des dialecticiens si ceux-ci ne s’assujettissent pas au principe de non-contradiction. Je partage le rationalisme d’Arnaud Dumouch mais pas son « matérialisme », qui déréalise (dématérialise ?) par exemple les objets mathématiques : à quel titre un cercle serait-il irréel ?

    Répondre
    1. Christian LE VAGUERESSE

      Bonsoir Monsieur Vautier,
      Je doute que Monsieur Dumouch soit un matérialiste qui cherche à nier la réalité des phénomènes mathématiques. C’est un théologien et l’argumentation qu’il tient vise seulement à montrer l’inanité qu’il y avait, pour les matérialistes du XIXème siècle, en particulier ceux de l’école d’Auguste Comte, précisément à nier la réalité de phénomènes surnaturels ou spirituels dès lors qu’ils ne pouvaient faire l’objet d’une appréhension par des méthodes scientifiques.

      Répondre
      1. Stéphane Vautier Auteur de l’article

        Merci de votre commentaire ; je crois que nous convergeons : pour ma part, je qualifierais de scientiste (et d’irrationnelle) une attitude qui nie l’existence de ce que la démarche scientifique ne peut expliquer (et le positivisme est alors un scientisme). Si le rôle de la science est de repérer scientifiquement ce qui échappe à son pouvoir explicatif (rationalisant), alors science et sagesse peuvent coopérer.

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *