6a. La notion de mesure étalon selon Falissard : un saut qualitatif indéniable ?

Dans son ouvrage « Mesurer la subjectivité en santé : perspective méthodologique et statistique » (2008), Bruno Falissard présente deux exemples de formats de réponse discrets (dans son chapitre 2). L’échelle Clinical Global Impression – Severity illustre ce qu’il appelle la mesure « impression », tandis qu’il apparente la Standford Sleepiness Scale à la mesure « étalon ». Cet article applique la définition du mesurage à ces deux exemples et conclut (1) que la mesure « impression » et la mesure « étalon » sont des conventions de mesurage ordinal univarié d’une grandeur théorique et (2) que la différence entre les deux échelles tient au mode hétéro- vs. auto-évalué de leur utilisation : dans le premier cas, l’instrument de mesure est le médecin, qui évalue la gravité de la maladie de son patient, tandis que dans le second cas, l’instrument de mesure coïncide avec l’objet qui possède la grandeur : la personne évalue son propre état de somnolence/vigilance.

1. Les fonctions de mesurage sont des fonctions par palier

1.1. L’échelle Clinical Global Impression – Severity

Pour décrire la gravité de la maladie de son patient avec cette échelle, le médecin doit choisir une des huit réponses suivantes : non évalué (0), normal, pas du tout malade (1), à la limite (2), légèrement malade (3), modérément malade (4), manifestement malade (5), gravement malade (6), parmi les patients les plus malades (7).

Remarque. Si cette échelle mesure la gravité de la maladie, la réponse 0 (non évalué) est un intrus logique, puisqu’elle indique l’absence d’évaluation (et donc de mesurage). En fait, l’échelle comprend sept réponses ordonnées : (1, 2, …, 7).

Comment concevoir que la réponse du médecin dépende de la gravité de la maladie du patient, de telle manière qu’on puisse déduire une variation théorique d’une variation observée ? Rappelons (voir Remarque 1) que si on admet que le jugement du médecin dépend de facteurs autres que la gravité de la maladie sans qu’on sache limiter l’effet de ses facteurs sur les réponses du médecin, aucune déduction n’est possible, puisque toute variation observée peut être causée par autre chose que par une variation théorique de la grandeur. Ce point me semble capital : si vous utilisez une balance pour vérifier que votre enfant a pris du poids et si vous admettez que les indications de la balance dépendent dans une limite inconnue d’autre chose que du poids de votre enfant, vous changez de balance.

Sous l’hypothèse que les réponses du médecin ne dépendent que de la gravité de la maladie du patient, comment représenter cette relation de causalité ? Par une fonction par palier, selon le raisonnement développé dans Mesurer avec les réponses à un item (voir aussi, pour s’exercer, 33a). Chaque réponse désigne non pas une quantité de gravité, mais un intervalle de quantités possibles. C’est pourquoi la proposition

6 – 5 = 4 – 3

n’a pas de signification théorique du point de vue de la notion de gravité de la maladie, parce que les intervalles correspondant aux valeurs numériques de l’échelle ne peuvent pas être soustraits les uns aux autres. Le mesurage que le médecin opère avec cette échelle est un mesurage ordinal : l’échelle fournit un langage de type « plus ou moins que ».

1.2. La Standford Sleepiness Scale

Pour décrire son état de somnolence/vigilance, la personne doit choisir une réponse dans la liste suivante :

  • Energique, tout à fait réveillé (1),
  • Etat d’éveil très bon, mais pas le meilleur. Capable de me concentrer (2),
  • Décontracté, éveillé, conscient de l’environnement (3),
  • Légère sédation, pas au maximum de ma forme, je laisse aller (4),
  • Sédation moyenne. Je commence à perdre l’envie de rester éveillé, je suis ralenti (5),
  • Je me sens endormi. Je préfère être couché. Je combats l’endormissement. Vaseux (6),
  • Je dors presque. J’ai perdu l’envie de rester éveillé (7).

Les réponses à cette échelle mesurent la quantité de somnolence, définie dans [0, max], si celle-ci détermine les réponses selon une fonction telle que si la somnolence augmente d’une quantité q1 à une quantité q2, la réponse correspondant à q1 soit supérieure ou égale à la réponse correspondant à q2. On est conduit à invoquer une fonction en sept paliers (voir aussi 33a).

Le mesurage de la somnolence est ordinal. Par conséquent, bien qu’on puisse considérer les réponses comme « la référence d’un certain niveau de somnolence » (Falissard, 2008, p. 9) et ne pas considérer les réponses de l’échelle Clinical Global Impression – Severity comme la référence d’un certain niveau de gravité de la maladie, je ne vois pas en quoi cette distinction « constitue un saut qualitatif indéniable dans la conceptualisation de la notion de mesure » (p. 8) : les deux approches sont des conventions descriptives ordinales d’une grandeur dont le statut théorique est, comme Falissard le reconnaît bien volontiers par ailleurs, rudimentaire. L’article Instrument de mesure et fonction de mesurage précise comment comprendre son idée de saut qualitatif.

Conformément à l’usage en psychologie, l’auteur appelle ces deux échelles des instruments de mesure. Je m’inscris en faux contre cet usage parce qu’il est incorrect du point de vue du mesurage. Si tant est qu’il y ait mesurage — et je crois qu’il n’y a pas mesurage — les instruments de mesure sont respectivement le médecin et la personne qui évalue son niveau de somnolence, ce qui entraîne certaines conséquences.

2. La confrontation des instruments de mesure n’est pas toujours possible

Supposons deux médecins décrivant indépendamment l’un de l’autre la gravité de la maladie d’un même patient avec l’échelle Clinical Global Impression – Severity. Si on observe que leurs réponses ne sont pas identiques, alors les deux instruments de mesure ne sont pas interchangeables. Si on postule qu’ils mesurent la même grandeur, on est obligé de déduire de l’observation que les fonctions de mesurage caractérisant les deux médecins sont différentes. Le problème de l’interchangeabilité des instruments de mesure peut se poser parce que les instruments de mesure ne coïncident pas avec l’objet dont on mesure la grandeur.

Dans le cas de la Standford Sleepiness Scale, le problème de l’interchangeabilité des instruments de mesure n’est pas possible parce que le mode d’emploi stipule que la personne somnolente/vigilante procède à la description de son état. Cette situation mérite d’être remarquée. Imaginons : un technicien souhaite vérifier la tension du courant électrique dans les nombreux appartements d’un immeuble. Comme il ne dispose pas de voltmètre personnel, il décide de se fier aux voltmètres de chaque appartement, mais le principe de fonctionnement de ces voltmètres est inhérent à la psychologie des habitants de chaque appartement ! Ressentez-vous comme moi une grande perplexité ?

Cette perplexité est difficile à éprouver si on croit que l’instrument de mesure est non pas la personne qui se sert de l’échelle de description, mais bien l’échelle de description elle-même. Cette croyance est renforcée, au sens behavioriste du terme, par la rhétorique de la doctrine de la validation des tests. Conformément à cette rhétorique, Falissard intitule son chapitre 3 « Construire un instrument de mesure subjective » — voir aussi Dany Laveault et Jacques Grégoire qui intitulent « La construction d’un instrument de mesure » le premier chapitre de leur « Introduction aux théories des tests en psychologie et en sciences de l’éducation » (2002). Le langage utilisé est celui de la construction d’un appareil de mesure, mais les mots sont trompeurs — on ne construit pas les personnes qui utilisent les échelles ou les tests psychotechniques.

Exercice non corrigé

Références

Falissard, B. (2008). Mesurer la subjectivité en santé : perspective méthodologique et statistique. Paris: Masson.
Laveault, D., & Grégoire, J. (2002). Introduction aux théories des tests en psychologie et en sciences de l’éducation (2e éd.). Paris: De Boeck Université.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *