Archives de l’auteur : Stéphane Vautier

Karl Popper sur la contradiction comme source de la connaissance

Pour autant que la science ou la connaissance puissent commencer quelque part, on peut dire ce qui suit : la connaissance ne commence pas par des perceptions ou des observations, par une collection de données ou de faits, mais bien par des problèmes. Pas de savoir sans problèmes — mais aussi pas de problème sans savoir. Ceci signifie que la connaissance commence par la tension entre savoir et non-savoir : pas de problème sans savoir — pas de problème sans non-savoir. Car tout problème surgit par la découverte que quelque chose dans notre savoir supposé n’est pas tout à fait en ordre; ou encore, en termes logiques, par la découverte d’une contradiction interne entre notre savoir supposé et les faits; ou, exprimé d’une façon peut être plus correcte encore, par la découverte d’une contradiction apparente entre notre savoir supposé et les faits supposés. (p. 76)

Popper, K. R. (1979). La logique des sciences sociales. In T. Adorno & K. Popper (Eds.). De Vienne à Francfort : la querelle allemande des sciences sociales (pp. 73-105). Bruxelles : Editions Complexes. (Original publié en allemand, 1969)

Voir aussi Darwin (1872/2001).

Dany Laveault et Jacques Grégoire sur la fin et les moyens en psychotechnique

La première question que doit se poser la personne désireuse de construire un test concerne les fonctions que ce dernier devra remplir. À quoi va-t-il servir ? Par exemple, un test de mathématique peut avoir pour fonction de sélectionner des sujets, de diagnostiquer des difficultés d’apprentissage ou encore de déterminer si un élève maîtrise les compétences attendues en fin d’année scolaire. De même, un questionnaire d’anxiété peut être utilisé pour recruter des personnes possédant certaines caractéristiques de personnalité ou pour évaluer l’effet d’un médicament anxiolytique. Le plus souvent, un même test ne peut remplir toutes ces fonctions. (p. 9)

Laveault, D. & Grégoire, D. (2002). Introduction aux théories des tests en psychologie et en sciences de l’éducation (2e éd.). Paris : De Boeck Université.

Albert Jacquard sur la différence entre « et » et « plus »

De toutes les erreurs enseignées par l’école, la plus désastreuse est sans doute contenue dans la phrase si souvent présentée comme le prototype des vérités premières : « Deux et deux font quatre, quatre et quatre font huit. » Apparemment, il s’agit là de mathématiques élémentaires ; pourtant, aucun mathématicien ne peut accepter une telle affirmation. (p. 138)

Être rigoureux, c’est d’abord essayer de proprement définir le sens des termes que l’on emploie. Remplacer le constat d’un lien, d’une interaction entre deux éléments du discours, par l’hypothèse qu’il s’agit d’une addition est le plus souvent une trahison de la réalité. (p. 139)

Jacquard, A. (1991). Voici le temps du monde fini. Paris : Seuil.

Le mot et la chose (W. Quine)

Peut-on faire de l’épistémologie de la psychologie de son mieux tout en contournant cet ouvrage ? Je crois que non donc prenons le temps de cheminer dans le texte — ardu — de Quine (1960/1977). Question non résolue : Quine ne cite-t-il pas (ignore-t-il) les travaux de Popper parce que celui-ci rejette (logiquement) que l’épistémologie soit une psychologie (contrairement à Piaget, qui développe une épistémologie comme une théorie du développement cognitif comme forme mentale d’équilibration (assimilation/accommodation), ou à Quine qui analyse la connaissance comme un apprentissage — par association — du langage) ? Le problème est qu’en s’appuyant sur une théorie de la formation des associations verbales, pour moi vague, l’appui est fragile, contrairement au choix poppérien de s’appuyer sur A => B.

Préface

§ 1. Argument. Prémisse : pour acquérir le langage, nous dépendons entièrement (c’est radical) d’indices accessibles intersubjectivement (d’indices accessibles à au moins deux personnes ? comment fait-on pour établir qu’un « indice » est accessible à deux personnes ?) relativement à ce qu’il y a lieu de dire et au moment de le dire (il faudra trouver quelques exemples de telles situations ; on doit partir de la situation sociale de deux interlocuteurs qui ont la capacité de se mettre d’accord, capacité qui se présente à moi comme un problème parce qu’elle implique qu’on soit d’accord sur ce qui fait qu’on est d’accord ou pas d’accord, ce qui montre qu’on a affaire à une sorte de régression à l’infini — qu’est-ce qui fait qu’on soit d’accord sur le fait qu’on soit d’accord sur le fait, par exemple, qu’un verre d’eau se trouve maintenant sur la table ?).

Conséquence en forme d’énoncé d’inexistence : il n’existe pas de justification pour conférer des significations (je ne vois pas ce qu’apporte l’adjectif « linguistique ») sauf en termes de dispositions à répondre ouvertement à des stimulations observables (la question de l’intersubjectivité : comment fait-on pour savoir qu’une stimulation est « observable », puisqu’une observation, i.e., l’énoncé de quelque chose qui cause cet énoncé — la stimulation — n’est pas identique à la stimulation qui est par définition autre chose que ce qui est signifié ?). Résultat : l’argument m’est obscur. Sans doute faut-il s’appuyer sur le constat que les deux interlocuteurs conviennent de ce qu’un énoncé est vrai, sans qu’on sache ce que « vrai » signifie réellement (il suffit que « vrai » soit le contraire de « faux ») ; je dis « il est vrai qu’il y a un verre d’eau sur la table » et tu dis « il est vrai qu’il y a un verre d’eau sur la table » ; je sais (crois) que nous sommes d’accord et je suppose que tu sais (crois) que nous sommes d’accord ; la connivence est la symétrie de cette croyance : tu sais (crois) que nous sommes d’accord et tu supposes que je sais (crois) que nous sommes d’accord. Mais nous n’avons rien pour fonder cette connivence ailleurs qu’en nous-mêmes : il faut une sorte de foi créatrice, une volonté de connivence pour palier le fait que nous ne pouvons pas vivre, expérimenter, éprouver, ce que le l’autre vit, expérimente, éprouve, pour vérifier que nous sommes d’accord.

Bizarrerie de traduction : « for collating linguistic meanings » est traduit par « pour conférer des significations linguistiques ». To collate m’évoque plutôt la collecte des « linguistic meanings », comme si les linguistic meanings avaient une existence autonome, telle qu’on puisse les isoler et les stocker (comme des objets). La manière dont on apprend à parler ne permet pas de déduire que le sens des énoncés existe indépendamment d’un « tas d’énoncés ». Quine rejetterait-il la notion saussurienne de signifié — laquelle notion évoque pour moi un ensemble d’objets ? Je dirais oui ! D’où, aussi, selon Quine, une « certaine indétermination systématique » de la traduction (traduction que je comprends comme relation ternaire entre langage de départ, langage d’arrivée et ensemble — mythique, donc — des significations qui puissent être reliées à tout langage).

§ 2. Décidément et ironiquement, la traduction laisse encore à désirer : « The indetermincay of traduction invests even the question what objects to construe a term as true of » est traduite par « L’indétermination de la traduction affecte même la question de savoir quels objets il y a lieu — jusqu’ici pas de problème — de donner à un terme comme corrélat : la notion de valeur de vérité est évacuée au profit de celle, vague, de corrélat. Il aurait fallu traduire en conservant l’idée d’objet dont un terme est vrai, au sens de la théorie de la vérité comme correspondance — « ceci est un chat » est un énoncé vrai si ceci (objet, référence, ou corrélat) est un chat. Continuons donc la lecture en utilisant le texte anglais dès que le texte français paraît obscur.

Quine déduit que les études de la sémantique de la référence n’ont de sens qu’à l’intérieur de notre langage — j’ignore ce que sont les études de la sémantique de la référence. Notion d’appareil référentiel (referential apparatus).

Dans la suite, les paragraphes du texte de Quine seront appelés « sections » pour pouvoir conserver la notion de paragraphe (§) en vue du repérage des paragraphes dans le texte. Les phrases seront numérotées pour chaque paragraphe.

Ch 1, section 1.

§ 1. Nouvelle surprise de traduction : le texte français ne respecte pas les paragraphes du texte anglais, peut-être à cause de la plus grande longueur des phrases française ? Pour me référer au paragraphes du texte français, j’utiliserai la lettre « f ». Notion « d’entification » et non pas de chosification mise entre guillemets : je préfère le terme d’entité parce que justement, il me pose un problème ontologique et logique (cf. 24a).

La présence du pupitre comme manifestation résultant de mes pressions et de la déflexion de la lumière vers mes yeux — alternative : le pupitre comme cause (réalisme naïf), je perçois le pupitre parce qu’il existe, ou comme effet (manifestation), je construis l’entité « pupitre » pour identifier les effets que je perçois par mes surfaces sensorielles (sensory surfaces) ? A noter que l’analyse s’appuie sur un tas de notions : cette remarque servira de prémisse inévitable : l’analyse de ce qui se passe dans la connaissance de l’objet ne peux pas partir d’un « point zéro » — le bateau de Neurath (§ 8).

Bien qu’il n’utilise pas le terme, Quine est-il sensible au constructivisme des objets/entités qui se trouvent « at arm’s length » (distance idéale pour la mise au point) ? « … the things in sharpest focus are the things that are public enough to be talked of publicly, common and conspicuous enough to be talked of often, and near enough to sense to be quickly identified and learned by name ». Les choses/entités sont-elles placées du côté de la cause ou de l’effet ? J’opterais pour l’idée d’un flux qui cause les entités perçues grâce au langage (qui implique l’intersubjectivité)  ; cf. « le mot est le meurtre de la chose » qu’on impute à Lacan (Lacan cite-t-il Quine ?) : le langage nous met d’accord sur ce qui se passe (par exemple, il y a là un pupitre) sans nous permettre de décrire exactement ce qui se passe.

Ch 1, section 2

Dernier §. Poésie de jardin : « Plusieurs individus élevés dans le même milieu linguistique se ressembleront entre eux comme ces arbustes qu’on taille en forme d’éléphant. Autant d’arbustes, autant d’arrangements différents de branches maîtresses et de rameaux aboutissant en gros à la même silhouette éléphantine : le détail anatomique diffère avec chaque buisson, mais de l’extérieur le résultat est le même. »

Ch 1, section 3

§ 11f. Notion de « théorie de seconde nature », reprise § 1.3.14f. La résistance provoquée par la mise à l’épreuve critique de certaines phrases « savantes » en psychologie, peut être interprétée comme l’indice que cette phrase est devenue une théorie de seconde nature par la force du consensus (dressage social, cf. § 1.2.12f).

§ 12f. Analogie de l’arche : « Le contact de bloc à bloc est l’association de phrase à phrase, et les blocs de base sont les phrases conditionnées à la manière (1) ou (2) par des stimuli non verbaux. »

Il me semble qu’on bute sur une certaine circularité : les stimuli non verbaux sont évoqués comme des causes alors même qu’il est dit que les mots n’ont pas de référent (mais seulement du sens). Quine en est conscient. Le sens « émerge » d’un processus qui demeure non-décrit. D’où peut-être cette impression de flottement (et la pertinence du bateau de Neurath).

Dernier §. Exemple d’énoncé d’ignorance : « … il n’y a pas moyen de dire dans quelle mesure il [le conditionnement non verbal] est original et dans quelle mesure il résulte d’un court-circuitage, par la transitivité du conditionnement, de vieilles connections de phrases à phrases. »

Réminiscence des arbustes éléphantins (cf. citation). Concernant la volonté de responsabilité lorsqu’on s’exprime, Quine se contente d’un principe de conformité à la censure sociale (notion de censeur utilisée § 1.2.5f) : on apprend à parler via l’approbation ou la désapprobation sociale. Comme si la seule volonté du sujet était de recevoir l’approbation sociale ; la réflexion critique (ce que je dis est-il vrai ?) semble hors sujet.

Remarque hors sujet : il n’est pas question, pour l’instant, d’assumer un discours qui susciterait la désapprobation ou, au minimum, l’affranchissement de l’approbation sociale. Un individu peut-il survivre au sein d’une société s’il suscite systématiquement la désapprobation lorsqu’il s’exprime ? On peut aussi imaginer un individu qui, pour attirer l’attention de ceux dont il dépend, n’aurait d’autre moyen que de susciter leur désapprobation — mode de survie paradoxal.

Ch 1, section 4

§ 4. Apprentissage par analogie (cf. Papert, 1981).

Ch 1, section 5

Ch 1, section 6

Pour l’instant c’est vague… Je suis un peu perdu dans l’impressionnisme du style ; il me manque les repères d’argument et de validité logique d’un argument. Tout se passe comme si la vérité n’était pas encore différenciée en vérité logique d’un côté et force de conviction d’un autre côté. Il faut se motiver pour poursuivre la lecture…

Ch 2

Karl Popper on probability statements

I characterise probability statements as derived hypotheses (or predictions) about sequence of events. (They do not establish any laws or predictions about the properties of individual events, but rather laws or predictions about the properties of sequences of events.) This constitues their distinguishing feature.

In order to underscore the fact that the special character of probability statements must also be deducible from the character of the assumptions, I have stressed that these statements are derived hypotheses. We can only appreciate that which is important about probability statements when we understand what typifies their assumptions.

The typical features of these assumtions are characterised: (1) by the fact that the assumptions known to us (natural laws and special conditions [« initial conditions »]) are not sufficient for the deduction of a prediction about an individual element in the sequence of events; (2) by the fact that we cannot formulate a law for the missing conditions; from this we infer the proposition that these randomly changing conditions partly compensate each other (if, as it were, a plurality of events gives them the opportunity of doing so); so that the sequence of events rather than its individual elements can be assumed to be partly independent « of the conditions about which we have no detailed knowledge ». (p. 151)

Popper, K. (2012). The two fundamental problems of the theory of knowledge. London: Routledge Classics. (Originally published 1978)

William Quine sur la prédiction

La prédiction est … l’anticipation conjecturale de données sensibles ultérieures venant confirmer une conclusion déjà tirée. Lorsqu’une prédiction est infirmée, ce que nous avons, c’est une stimulation sensorielle divergente et troublante, qui tend à inhiber cette conclusion passée déjà faite, et ainsi affaiblit les conditionnements de phrase à phrase qui conduisaient à cette prédiction. C’est ainsi que les théories dépérissent lorsque les prédictions faillissent.

Dans un cas extrême, la théorie peut consister en des connexions si fermement conditionnées entre phrases qu’elles résistent à l’échec d’une ou de deux prédictions. Nous nous trouvons excuser la faillite de nos prédictions comme le résultat d’une méprise dans l’observation, ou comme le résultat d’une interférence inexpliquée. Ainsi, dans un cas extrême, c’est la queue qui remue le chien. (p. 48)

Quine, W. V. A. (1977). Le mot et la chose. Paris : Flammarion. (Original publié en 1960)

Voir aussi Popper (1934/1973).

46a. Quelques notions mathématiques utiles en psychologie

Ce billet signale quelques notions (objets) mathématiques qui me semblent utiles (pour ne pas dire indispensables) si on veut aborder efficacement les problèmes tant théoriques que méthodologiques en psychologie dès la première année. L’objet le plus important est la relation binaire, qui est fabriquée avec les objets ensemble et élément. Les autres objets sont des propriétés de ces trois objets, ou des propriétés de ces propriétés. Pour compléter le tableau, il faut aussi mentionner les processus de dénombrement (voir 20a) et de l’implication logique (voir 38a). La présentation est volontairement non-systématique pour faciliter la saisie intuitive des notions.

1. Ensemble et éléments

Un ensemble est une collection d’éléments distincts qui possèdent une propriété commune. Un cas limite est l’ensemble vide.

Le cardinal d’un ensemble est le nombre de ses éléments (le cardinal est une propriété d’un ensemble).

2. Relation binaire

Une relation binaire est un ensemble de liens qui relient les éléments d’un ensemble de départ aux éléments d’un ensemble d’arrivée.

Le graphe d’une relation binaire est l’ensemble de tous les couples ainsi formés (liens de la relation).

3. Produit cartésien de plusieurs ensembles et m-uplets

Un ensemble peut être le produit cartésien de plusieurs ensembles (être un produit cartésien est une propriété d’un ensemble). On forme le produit cartésien de plusieurs ensembles en combinant tous les éléments du premier ensemble avec tous les éléments du second ensemble etc. (dénombrement).

Considérons une relation binaire de D dans A. Son graphe est un sous-ensemble de D × A, le produit cartésien de D et A.

Les éléments d’un produit cartésien sont des m-uplets, où m est le nombre d’ensembles qu’on combine (être un m-uplet est la propriété d’un élément).

4. Fonction ou application

Une fonction ou une application1 est une relation binaire telle que tout élément de l’ensemble de départ a une et une seule image (i.e., est relié à un et un seul élément dans l’ensemble d’arrivée). Être une fonction ou une application est une propriété d’une relation binaire.

Exemple : une variable statistique est une application de la population statistique dans l’ensemble des modalités de la variable.

5. Relation d’ordre

Une relation d’ordre est (la propriété d’)une relation binaire dont l’ensemble d’arrivée et l’ensemble de départ sont le même ensemble — on dit alors qu’une relation d’ordre est définie sur, ou encore ordonne un ensemble. On note xy la relation de x à y, où « ≤ » peut se lire « plus petit ou égal à ».

Une relation d’ordre a les propriétés de réflexivité, d’antisymétrie et de transitivité (voir l’article Relation d’ordre sur Wikipédia). En gros une relation d’ordre ≤ sur un ensemble établit que l’ordre des éléments x et y dans l’expression xy compte (a un sens).

Une relation d’ordre peut avoir la propriété d’ordre simple (ou total, complet, connecté), c’est-à-dire que deux éléments quelconques de l’ensemble ordonné sont ordonnés (par exemple, l’ensemble des nombres naturels est simplement ordonné).

Le produit cartésien formé par des ensembles simplement ordonnés est ordonné par la relation d’ordre dite « produit direct » qui permet de définir la comparabilité de deux m-uplets (voir 32a), mais il n’est pas simplement ordonné. On dira que cet ensemble est un ordre partiel au sens restrictif du terme (i.e., il existe au moins deux éléments incomparables, c’est-à-dire qui ne peuvent pas être ordonnés l’un à l’autre)2.

6. Fonction croissante

Une fonction F de D dans A est croissante si quels que soient x et x‘ de D, x < x‘ => F(x) ≤ F(x‘). Je soutiens que la mesurabilité de quantités dans un ensemble Q par des observations dans un ensemble O implique l’existence d’une fonction croissante de Q dans O (voir 3a).

  1. On néglige ici la différence entre fonction et application. []
  2. Tout ordre étant par définition un ordre partiel, dire qu’un ensemble est un ordre partiel pour dire qu’il est un ordre non-simple constitue un abus de langage qu’on corrige aisément en ajoutant « au sens restrictif du terme ». []

Karl Popper on falsification of probabilistic statements

If in ten throws [of a die] I obtain « 1 » six times, then I will conjecture that something is wrong with the probability prediction [P(1) = 1/6]; if, say, in the very next five throws I get « 1 » two of three times again, I will be convinced that the prediction (for this case), and with its specific assumptions, are falsified: I will try to change the assumptions. Initially, I will not change the natural laws but assume that certain other assumptions were false. Above all, I will examine whether the die is not « loaded » (whether the centre of gravity of this die is at its geometric centre, etc.). (p. 152)

Popper, K. (2012). The two fundamental problems of the theory of knowledge. London: Routledge Classics. (Originally published 1978)

Arnaud Dumouch sur dialectique versus coopération

Si j’entre dans une pensée dialectique, ça veut dire si, d’un côté, celui qui parle de l’esthétique — elle est jolie cette noix —, se met à mépriser le physicien qui dit « elle pèse tant de grammes », et bien en fait, c’est une pensée immature. Les deux approches donnent quelque chose de réel à la noix. Elles n’ont pas à se mépriser, elles ne se rejoignent que sur une seule donnée, c’est la même réalité qu’elles observent. (11:39)

Dumouch, A. (2012, 3 juillet). Annexe critique 2 : qu’est-ce que l’épistémologie ?

Karl Popper on knowledge and natural laws

We must search for natural laws, for law-like regularities, if we want to obtain any knowledge at all. But this does not in any way require us to assume the existence of strictly universal laws; il is enough for us to know that knowledge consists in searching for strictly universal laws — as if they existed. (p. 85)

Popper, K. (2012). The two fundamental problems of the theory of knowledge. London: Routledge Classics. (Originally published 1978)

Sigmund Freud on inhibition and anxiety

Many inhibitions are an obvious renunciation of function, because the exercice of the function would give rise to anxiety. (p. 12)

Freud, S. (1936). The problem of anxiety. New York: The Psychoanalytic Quarterly Press and W. W. Norton. (Original published 1926 as Hemmung, Symptom und Angst)

Charles Darwin sur l’ignorance

Notre sujet présent est très obscur, et, en raison de son importance, il doit être examiné assez longuement ; car il est toujours sage de percevoir clairement notre ignorance. (p. 92)

Darwin, C. (2001). L’expression des émotions chez l’homme et les animaux. Paris : Éditions Payot & Rivages. (Première édition publiée en anglais en 1872)

Voir aussi Popper (1969/1979).