Archives de catégorie : Citations

Karl Popper on probability statements

I characterise probability statements as derived hypotheses (or predictions) about sequence of events. (They do not establish any laws or predictions about the properties of individual events, but rather laws or predictions about the properties of sequences of events.) This constitues their distinguishing feature.

In order to underscore the fact that the special character of probability statements must also be deducible from the character of the assumptions, I have stressed that these statements are derived hypotheses. We can only appreciate that which is important about probability statements when we understand what typifies their assumptions.

The typical features of these assumtions are characterised: (1) by the fact that the assumptions known to us (natural laws and special conditions [« initial conditions »]) are not sufficient for the deduction of a prediction about an individual element in the sequence of events; (2) by the fact that we cannot formulate a law for the missing conditions; from this we infer the proposition that these randomly changing conditions partly compensate each other (if, as it were, a plurality of evens gives them the opportunity of doing so); so that the sequence of events rather than its individual elements can be assumed to be partly independent « of the conditions about which we have no detailed knowledge ». (p. 151)

Popper, K. (2012). The two fundamental problems of the theory of knowledge. London: Routledge Classics. (Originally published 1978)

William Quine sur la prédiction

La prédiction est … l’anticipation conjecturale de données sensibles ultérieures venant confirmer une conclusion déjà tirée. Lorsqu’une prédiction est infirmée, ce que nous avons, c’est une stimulation sensorielle divergente et troublante, qui tend à inhiber cette conclusion passée déjà faite, et ainsi affaiblit les conditionnements de phrase à phrase qui conduisaient à cette prédiction. C’est ainsi que les théories dépérissent lorsque les prédictions faillissent.

Dans un cas extrême, la théorie peut consister en des connexions si fermement conditionnées entre phrases qu’elles résistent à l’échec d’une ou de deux prédictions. Nous nous trouvons excuser la faillite de nos prédictions comme le résultat d’une méprise dans l’observation, ou comme le résultat d’une interférence inexpliquée. Ainsi, dans un cas extrême, c’est la queue qui remue le chien. (p. 48)

Quine, W. (1977). Le mot et la chose. Paris : Flammarion. (Original publié en 1960)

Voir aussi Popper (1934/1973).

Karl Popper on falsification of probabilistic statements

If in ten throws [of a die] I obtain « 1 » six times, then I will conjecture that something is wrong with the probability prediction [P(1) = 1/6]; if, say, in the very next five throws I get « 1 » two of three times again, I will be convinced that the prediction (for this case), and with its specific assumptions, are falsified: I will try to change the assumptions. Initially, I will not change the natural laws but assume that certain other assumptions were false. Above all, I will examine whether the die is not « loaded » (whether the centre of gravity of this die is at its geometric centre, etc.). (p. 152)

Popper, K. (2012). The two fundamental problems of the theory of knowledge. London: Routledge Classics. (Originally published 1978)

Arnaud Dumouch sur dialectique versus coopération

Si j’entre dans une pensée dialectique, ça veut dire si, d’un côté, celui qui parle de l’esthétique — elle est jolie cette noix —, se met à mépriser le physicien qui dit « elle pèse tant de grammes », et bien en fait, c’est une pensée immature. Les deux approches donnent quelque chose de réel à la noix. Elles n’ont pas à se mépriser, elles ne se rejoignent que sur une seule donnée, c’est la même réalité qu’elles observent. (11:39)

Dumouch, A. (2012, 3 juillet). Annexe critique 2 : qu’est-ce que l’épistémologie ?

Karl Popper on knowledge and natural laws

We must search for natural laws, for law-like regularities, if we want to obtain any knowledge at all. But this does not in any way require us to assume the existence of strictly universal laws; il is enough for us to know that knowledge consists in searching for strictly universal laws — as if they existed. (p. 85)

Popper, K. (2012). The two fundamental problems of the theory of knowledge. London: Routledge Classics. (Originally published 1978)

Sigmund Freud on inhibition and anxiety

Many inhibitions are an obvious renunciation of function, because the exercice of the function would give rise to anxiety. (p. 12)

Freud, S. (1936). The problem of anxiety. New York: The Psychoanalytic Quarterly Press and W. W. Norton. (Original published 1926 as Hemmung, Symptom und Angst)

Charles Darwin sur l’ignorance

Notre sujet présent est très obscur, et, en raison de son importance, il doit être examiné assez longuement ; car il est toujours sage de percevoir clairement notre ignorance. (p. 92)

Darwin, C. (2001). L’expression des émotions chez l’homme et les animaux. Paris : Éditions Payot & Rivages. (Première édition publiée en anglais en 1872)

Hans Albert sur science et besoin de stabilité du comportement

Que l’anticipation méthodique de régularités possibles réponde aux « besoins élémentaires de stabilité du comportement », c’est sans aucun doute exact. Cependant, on peut dire la même chose au sujet des conceptions mythiques, religieuses et métaphysiques de toutes sortes et, en général, au sujet de tout système qui donne une orientation au monde. Or, la science n’est possible, précisément, que là où il existe un domaine social dans lequel l’intérêt de connaissance s’émancipe de pareils besoins élémentaires. (p. 199)

Albert, H. (1979). Dans le dos du positivisme ? Les détours de la dialectique sous les lumières de la critique. In T. Adorno & K. Popper (Eds). De Vienne à Francfort : la querelle allemande des sciences sociales (pp. 191-212). Bruxelles : Editions Complexe. (Original publié en allemand, 1969)

Voir aussi Duhem (1906/2007), Michell (1997).

Françoise Parot sur le mot et la chose

… le mot crée la chose, et que chacun en parle et voilà le psychique suggéré par l’échange qui devient une chose. (p. 54)

Parot, F. (2017). La psychologie française dans l’impasse : du positivisme de Piéron au personnalisme de Fraisse. Paris : Editions Matériologiques.

Joel Michell on quantitative psychology

… when the early quantitative psychologists claimed to measure, they used the term ‘measurement’ for political reasons, not for scientific reasons. They presented psychology as a quantitative science. The secondary gain was admission into the scientific community. When psychometricians claim to be able to measure, they used the term ‘measurement’ not just for political reasons but also for commercial ones. Again, there was no valid scientific reason. Psychometrics were presented as an applied, quantitative science. The secondary gain was the package of economic and social rewards reserved by society for applied scientists. Later, in order to preserve these gains, both the science and the profession adopted the operationist conception of quantification because it disguided this lack of scientific reasons. In the socio-historical context in which psychometrics developed, the economic, social and political costs of abandoning the rhetoric of measurement outweighted the scientific costs of abandoning the method of critical inquiry. (p. 660)

Michell, J. (2000). Normal science, pathological science and psychometrics. Theory & Psychology, 10, 639-667.

 

Don Miguel Ruiz sur la vérité

Il est extrêmement difficile de voir la vérité ; ce qui est plus facile, c’est de voir ce qui n’est pas la vérité. (p. 142)

Ruiz, D. M., & Mills, J. (2010). Pratique de la voie toltèque : maîtrisez le rêve de votre vie. Saint-Julien en Genevoix : Editions Jouvence. (Original publié en 2000)

Gaston Bachelard sur l’erreur rectifiée

D’ailleurs, l’expérience immédiate et usuelle garde toujours une sorte de caractère tautologique, elle se développe dans le règne des mots et des définitions ; elle manque précisément de cette perspective d’erreurs rectifiées qui caractérise, à notre avis, la pensée scientifique. (p. 10)

Toutes les fois que nous l’avons pu, nous avons indiqué par de brèves remarques comment, d’après nous, l’esprit scientifique triomphait des divers obstacles épistémologiques, et comment l’esprit scientifique se constituait comme un ensemble d’erreurs rectifiées. (p. 239)

Bacherard, G. (1983). La formation de l’esprit scientifique. Paris : Vrin. (Première édition en 1938)

Voir aussi Granger (1967/2016).

Les trois mondes de Karl Popper

Dans cette philosophie pluraliste, le monde est constitué d’au moins trois sous-mondes ontologiquement distincts ; ou, dirais-je, il y a trois mondes : le premier est le monde physique, ou le monde des états physiques ; le second est le monde mental, ou le monde des états mentaux ; et le troisième est le monde des intelligibles, ou des idées au sens objectif ; c’est le monde des objets de pensée possibles : le monde des théories en elles-mêmes et de leurs relations logiques ; des argumentations en elles-mêmes ; et des situations de problèmes en elles-mêmes. (p. 247)

Popper, K. (1991). Sur la théorie de l’esprit objectif. In K. Popper (Ed.), La connaissance objective (pp. 245-293). Paris : Aubier. (Première version 1968)