Archives de catégorie : Notes de lecture

Le mot et la chose (W. Quine)

Peut-on faire de l’épistémologie de la psychologie de son mieux tout en contournant cet ouvrage ? Je crois que non donc prenons le temps de cheminer dans le texte — ardu — de Quine (1960/1977). Question non résolue : Quine ne cite-t-il pas (ignore-t-il) les travaux de Popper parce que celui-ci rejette (logiquement) que l’épistémologie soit une psychologie (contrairement à Piaget, qui développe une épistémologie comme une théorie du développement cognitif comme forme mentale d’équilibration (assimilation/accommodation), ou à Quine qui analyse la connaissance comme un apprentissage — par association — du langage) ? Le problème est qu’en s’appuyant sur une théorie de la formation des associations verbales, pour moi vague, l’appui est fragile, contrairement au choix poppérien de s’appuyer sur A => B.

Préface

§ 1. Argument. Prémisse : pour acquérir le langage, nous dépendons entièrement (c’est radical) d’indices accessibles intersubjectivement (d’indices accessibles à au moins deux personnes ? comment fait-on pour établir qu’un « indice » est accessible à deux personnes ?) relativement à ce qu’il y a lieu de dire et au moment de le dire (il faudra trouver quelques exemples de telles situations ; on doit partir de la situation sociale de deux interlocuteurs qui ont la capacité de se mettre d’accord, capacité qui se présente à moi comme un problème parce qu’elle implique qu’on soit d’accord sur ce qui fait qu’on est d’accord ou pas d’accord, ce qui montre qu’on a affaire à une sorte de régression à l’infini — qu’est-ce qui fait qu’on soit d’accord sur le fait qu’on soit d’accord sur le fait, par exemple, qu’un verre d’eau se trouve maintenant sur la table ?).

Conséquence en forme d’énoncé d’inexistence : il n’existe pas de justification pour conférer des significations (je ne vois pas ce qu’apporte l’adjectif « linguistique ») sauf en termes de dispositions à répondre ouvertement à des stimulations observables (la question de l’intersubjectivité : comment fait-on pour savoir qu’une stimulation est « observable », puisqu’une observation, i.e., l’énoncé de quelque chose qui cause cet énoncé — la stimulation — n’est pas identique à la stimulation qui est par définition autre chose que ce qui est signifié ?). Résultat : l’argument m’est obscur. Sans doute faut-il s’appuyer sur le constat que les deux interlocuteurs conviennent de ce qu’un énoncé est vrai, sans qu’on sache ce que « vrai » signifie réellement (il suffit que « vrai » soit le contraire de « faux ») ; je dis « il est vrai qu’il y a un verre d’eau sur la table » et tu dis « il est vrai qu’il y a un verre d’eau sur la table » ; je sais (crois) que nous sommes d’accord et je suppose que tu sais (crois) que nous sommes d’accord ; la connivence est la symétrie de cette croyance : tu sais (crois) que nous sommes d’accord et tu supposes que je sais (crois) que nous sommes d’accord. Mais nous n’avons rien pour fonder cette connivence ailleurs qu’en nous-mêmes : il faut une sorte de foi créatrice, une volonté de connivence pour palier le fait que nous ne pouvons pas vivre, expérimenter, éprouver, ce que le l’autre vit, expérimente, éprouve, pour vérifier que nous sommes d’accord.

Bizarrerie de traduction : « for collating linguistic meanings » est traduit par « pour conférer des significations linguistiques ». To collate m’évoque plutôt la collecte des « linguistic meanings », comme si les linguistic meanings avaient une existence autonome, telle qu’on puisse les isoler et les stocker (comme des objets). La manière dont on apprend à parler ne permet pas de déduire que le sens des énoncés existe indépendamment d’un « tas d’énoncés ». Quine rejetterait-il la notion saussurienne de signifié — laquelle notion évoque pour moi un ensemble d’objets ? Je dirais oui ! D’où, aussi, selon Quine, une « certaine indétermination systématique » de la traduction (traduction que je comprends comme relation ternaire entre langage de départ, langage d’arrivée et ensemble — mythique, donc — des significations qui puissent être reliées à tout langage).

§ 2. Décidément et ironiquement, la traduction laisse encore à désirer : « The indetermincay of traduction invests even the question what objects to construe a term as true of » est traduite par « L’indétermination de la traduction affecte même la question de savoir quels objets il y a lieu — jusqu’ici pas de problème — de donner à un terme comme corrélat : la notion de valeur de vérité est évacuée au profit de celle, vague, de corrélat. Il aurait fallu traduire en conservant l’idée d’objet dont un terme est vrai, au sens de la théorie de la vérité comme correspondance — « ceci est un chat » est un énoncé vrai si ceci (objet, référence, ou corrélat) est un chat. Continuons donc la lecture en utilisant le texte anglais dès que le texte français paraît obscur.

Quine déduit que les études de la sémantique de la référence n’ont de sens qu’à l’intérieur de notre langage — j’ignore ce que sont les études de la sémantique de la référence. Notion d’appareil référentiel (referential apparatus).

Dans la suite, les paragraphes du texte de Quine seront appelés « sections » pour pouvoir conserver la notion de paragraphe (§) en vue du repérage des paragraphes dans le texte. Les phrases seront numérotées pour chaque paragraphe.

Ch 1, section 1.

§ 1. Nouvelle surprise de traduction : le texte français ne respecte pas les paragraphes du texte anglais, peut-être à cause de la plus grande longueur des phrases française ? Pour me référer au paragraphes du texte français, j’utiliserai la lettre « f ». Notion « d’entification » et non pas de chosification mise entre guillemets : je préfère le terme d’entité parce que justement, il me pose un problème ontologique et logique (cf. 24a).

La présence du pupitre comme manifestation résultant de mes pressions et de la déflexion de la lumière vers mes yeux — alternative : le pupitre comme cause (réalisme naïf), je perçois le pupitre parce qu’il existe, ou comme effet (manifestation), je construis l’entité « pupitre » pour identifier les effets que je perçois par mes surfaces sensorielles (sensory surfaces) ? A noter que l’analyse s’appuie sur un tas de notions : cette remarque servira de prémisse inévitable : l’analyse de ce qui se passe dans la connaissance de l’objet ne peux pas partir d’un « point zéro » — le bateau de Neurath (§ 8).

Bien qu’il n’utilise pas le terme, Quine est-il sensible au constructivisme des objets/entités qui se trouvent « at arm’s length » (distance idéale pour la mise au point) ? « … the things in sharpest focus are the things that are public enough to be talked of publicly, common and conspicuous enough to be talked of often, and near enough to sense to be quickly identified and learned by name ». Les choses/entités sont-elles placées du côté de la cause ou de l’effet ? J’opterais pour l’idée d’un flux qui cause les entités perçues grâce au langage (qui implique l’intersubjectivité)  ; cf. « le mot est le meurtre de la chose » qu’on impute à Lacan (Lacan cite-t-il Quine ?) : le langage nous met d’accord sur ce qui se passe (par exemple, il y a là un pupitre) sans nous permettre de décrire exactement ce qui se passe.

Ch 1, section 2

Dernier §. Poésie de jardin : « Plusieurs individus élevés dans le même milieu linguistique se ressembleront entre eux comme ces arbustes qu’on taille en forme d’éléphant. Autant d’arbustes, autant d’arrangements différents de branches maîtresses et de rameaux aboutissant en gros à la même silhouette éléphantine : le détail anatomique diffère avec chaque buisson, mais de l’extérieur le résultat est le même. »

Ch 1, section 3

§ 11f. Notion de « théorie de seconde nature », reprise § 1.3.14f. La résistance provoquée par la mise à l’épreuve critique de certaines phrases « savantes » en psychologie, peut être interprétée comme l’indice que cette phrase est devenue une théorie de seconde nature par la force du consensus (dressage social, cf. § 1.2.12f).

§ 12f. Analogie de l’arche : « Le contact de bloc à bloc est l’association de phrase à phrase, et les blocs de base sont les phrases conditionnées à la manière (1) ou (2) par des stimuli non verbaux. »

Il me semble qu’on bute sur une certaine circularité : les stimuli non verbaux sont évoqués comme des causes alors même qu’il est dit que les mots n’ont pas de référent (mais seulement du sens). Quine en est conscient. Le sens « émerge » d’un processus qui demeure non-décrit. D’où peut-être cette impression de flottement (et la pertinence du bateau de Neurath).

Dernier §. Exemple d’énoncé d’ignorance : « … il n’y a pas moyen de dire dans quelle mesure il [le conditionnement non verbal] est original et dans quelle mesure il résulte d’un court-circuitage, par la transitivité du conditionnement, de vieilles connections de phrases à phrases. »

Réminiscence des arbustes éléphantins (cf. citation). Concernant la volonté de responsabilité lorsqu’on s’exprime, Quine se contente d’un principe de conformité à la censure sociale (notion de censeur utilisée § 1.2.5f) : on apprend à parler via l’approbation ou la désapprobation sociale. Comme si la seule volonté du sujet était de recevoir l’approbation sociale ; la réflexion critique (ce que je dis est-il vrai ?) semble hors sujet.

Remarque hors sujet : il n’est pas question, pour l’instant, d’assumer un discours qui susciterait la désapprobation ou, au minimum, l’affranchissement de l’approbation sociale. Un individu peut-il survivre au sein d’une société s’il suscite systématiquement la désapprobation lorsqu’il s’exprime ? On peut aussi imaginer un individu qui, pour attirer l’attention de ceux dont il dépend, n’aurait d’autre moyen que de susciter leur désapprobation — mode de survie paradoxal.

Ch 1, section 4

§ 4. Apprentissage par analogie (cf. Papert, 1981).

Ch 1, section 5

Ch 1, section 6

Pour l’instant c’est vague… Je suis un peu perdu dans l’impressionnisme du style ; il me manque les repères d’argument et de validité logique d’un argument. Tout se passe comme si la vérité n’était pas encore différenciée en vérité logique d’un côté et force de conviction d’un autre côté. Il faut se motiver pour poursuivre la lecture…

Ch 2

40a. Les échelles de mesure : lire Stevens (1946)

S. S. Stevens publie en 1946 son célèbre article « On the theory of scales of measurement« , que Tafreshi, Slaney et Neufeld (2016, p. 6) qualifient de contribution majeure du 20e siècle dans le domaine de la mesure en psychologie, et qui présente la fameuse catégorisation d’échelles numériques dites « de mesure », à savoir les échelles « nominales », « ordinales », « d’intervalle » et « de ratio », catégorisation qui est enseignée dans tout cours de psychologie quantitative. Chaque type d’échelle de mesure possède des règles de légitimité concernant les calculs qu’on peut appliquer aux nombres dont elles sont formées. Ce billet en donne un commentaire critique du point de vue où mesurer, c’est utiliser l’hypothèse qu’il existe une fonction croissante, définie dans le segment [0, max] où « max » désigne la quantité la plus grande possible de la grandeur qu’on veut mesurer, à valeurs dans l’ensemble des observables qui sont utilisés comme des mesures de la grandeur (cf. 3a).

1. Aperçu de l’article

L’article (quatre pages) se compose d’une introduction, d’une section portant sur l’idée de classification d’échelles de mesure, de quatre sections respectivement consacrées à chaque type d’échelle et d’une conclusion.

L’introduction. Partant des travaux d’un comité de la British Association for the Advancement of Science, qui fût dédié à l’examen de la possibilité de mesurer les sensations, et retenant de son rapport final que la signification (meaning) du verbe « mesurer » reste discutable, l’introduction propose de « reconnaître que le mesurage [measurement] existe sous des formes variées et que les échelles de mesure [scales of measurement] tombent dans des classes bien définies » (p. 677) — avec des conséquences concernant la « légitimité » de certaines analyses statistiques.

La classification des échelles de mesure. Elle est appuyée sur une définition dite « au sens large » du mesurage, qui consiste en « l’attribution de nombres à des objets ou événements selon des règles » (p. 677). Ces règles reposent sur la notion-clé d’isomorphisme « entre ce que nous pouvons faire avec les aspects des objets et les propriétés des séries numériques » (p. 677).

L’échelle nominale. Il faut considérer une application définie dans un ensemble d’objets (ou d’événements au sens de la théorie des probabilités) et à valeurs dans un ensemble de modalités descriptives (les aspects des objets ou des événements). Une échelle nominale résulte du codage numérique de ces modalités. Le « mesurage nominal » consiste à identifier les modalités descriptives de la variable par un nombre. L’isomorphisme entre l’ensemble des modalités et l’ensemble des nombres consiste en une bijection, i.e., une relation bi-univoque qui attribue à toute modalité un nombre unique. Un exemple d’échelle nominale est la relation dont le graphe est {(femelle, 0), (mâle, 1)}.

L’échelle ordinale. Il s’agit d’une échelle nominale ordonnée. L’isomorphisme entre l’ensemble des modalités et l’ensemble des nombres est enrichi de la notion de conservation de l’ordre des modalités ; il suffit que les nombres servant à identifier les modalités soient ordonnés conformément à l’ordre des modalités. Un exemple d’échelle ordinale est la relation dont le graphe est {(pas du tout d’accord, 1), (pas d’accord, 2), (d’accord, 3), (tout à fait d’accord, 4)} — ce qu’on appelle une échelle de Likert.

L’échelle d’intervalle. Soient x1, x2, x3 et x4 quatre valeurs distinctes d’une échelle d’intervalle. On s’intéresse au rapport des différences x2 − x1 et x4x3, c’est-à-dire à (x2 − x1)/(x4x3). Il se trouve que le rapport des différences (ax2 + b) − (ax1 + b) et (ax4 + b) − (ax3 + b), avec a > 0, est égal à (x2 − x1)/(x4x3) : les b s’annulent par différence et les a par division. Il n’est pas dit quelles sont les modalités dont on puisse ainsi considérer les différences, lesquelles supposent l’existence d’une fonction de mesurage affine reliant certains observables à une certaine grandeur (voir par exemple 36a). Lorsque Stevens utilise l’exemple du mesurage de la température par les hauteurs du mercure dans un thermomètre, il ne pose pas le problème de la mesurabilité d’une quantité de température par une quantité de hauteur de mercure, qui est un problème théorético-empirique ; sa démarche est focalisée sur l’étiquetage numérique de modalités descriptives et les propriétés numériques de ces étiquettes.

L’échelle de ratio. Soient x1, x2 deux valeurs distinctes d’une échelle de ratio. On s’intéresse au rapport x2/x1. Le rapport ax2/ax1, avec a > 0, est égal à x2/x1. Il n’est pas dit comment on peut établir, en général, que x1 et x2 puissent être mis en rapport ; c’est encore un problème théorético-empirique qui consiste à supposer que les valeurs numériques sont les images d’une fonction de mesurage linéaire (cf. 36a).

La conclusion. Stevens conclut en estimant avoir contribué, dans un esprit libéral et utilitaire, à une définition du mesurage qui réduit le problème du mesurage à un choix d’échelle de mesure guidé par les règles qu’on se donne pour représenter les objets ou événements à l’aide de nombres.

2. Commentaires

Remarque 1. Parce qu’elle rend le codage numérique nécessaire, une telle définition du mesurage est soit restrictive soit contradictoire. Restrictive, si on exclut que le mesurage puisse impliquer une description non-numérique (c’est-à-dire expressément qualitative) des « objets ou événements ». Soient les objets identifiés par a, b, c ; {a, b, c} n’est pas une échelle nominale pour identifier ces objets parce que ni a ni b ni c ne sont des nombres. De même l’ordre alphabétique, l’ordre « échec < réussite », ne peuvent mesurer ordinalement des objets. Contradictoire, si on accepte des descriptions non-numériques parce que la définition énonce qu’il s’agit d’attribuer des nombres à des « objets ou événements » — peu importe que ces nombres soient des numéros, des ordinaux ou des nombres réels par exemple. Cette contradiction sur la forme signale une confusion sur le fond : avec la définition de Stevens, le complément d’objet direct du verbe mesurer n’est plus une quantité de grandeur mais la catégorie vague d’aspect d’un objet ou d’un événement1. Par exemple, d’après Stevens, il faudrait dire qu’on mesure la réponse à un item de questionnaire, ce qui n’a rien à voir avec l’hypothèse que la réponse à cet item mesure une quantité psychologique. Il est inutile et ambigu d’utiliser des nombres pour faire des descriptions (et non pas des mesures) nominales ou ordinales : si on utilisait des notations claires (cf. 42a), on serait de fait dans l’impossibilité de calculer des scores psychotechniques, une bonne chose pour la lucidité scientifique des utilisateurs de scores.

Remarque 2. Du point de vue épistémologique, cette définition pose la question de savoir si la mesurabilité d’une grandeur via une technique descriptive donnée est un problème de convention (les règles d’attribution de nombres seraient une affaire de consensus, comme la notation scolaire) ou bien un problème empirique (existe-t-il des faits d’observation qui frapperaient d’incohérence l’affirmation qu’on sache mesurer telle grandeur à l’aide de telle ou telle technique de description des « objets ou événements » ?).

Remarque 3. Dans la mesure où les critères de jugement pour conférer aux nombres utilisés le statut de mesures d’intervalle ou de ratio ne sont pas envisagés (seules les conséquences de ces choix en termes de transformation fonctionnelle sont envisagés), ce qui constitue à proprement parler le problème du mesurage quantitatif (par opposition au mesurage ordinal d’une quantité), on est libre de penser que Stevens ne s’opposait pas à ce qu’on convienne que des nombres soient des mesures d’intervalle. La conséquence d’un tel conventionnalisme est qu’il détruit la différence épistémologique entre une mesure (possible seulement si on suppose une grandeur à mesurer d’une part, et une fonction de mesurage qui formalise un principe causal de mesurage d’autre part) et une évaluation (possible dès qu’on se donne l’échelle de mesure pour coder les descriptions).

Remarque 4. Stevens corrobore ce conventionnalisme lorsqu’il écrit « L’intelligence, par exemple, est utilement évaluée (« assessed » et non pas « measured ») sur des échelles ordinales qui tentent d’approcher des échelles d’intervalle et il n’est pas nécessaire de définir ce que zéro intelligence signifierait » (p. 679). S’il avait appliqué sa propre approche aux scores d’intelligence, Stevens aurait dû reconnaître qu’une échelle de scores n’est pas une échelle nominale des aspects des objets sur lesquels elle se fonde, puisque ces aspects sont décrits dans un ensemble de m-uplets (cf. 20a), que les scores ne permettent pas d’identifier de manière isomporphe (différentes façons de répondre à un test d’intelligence sont identifiées par un même score). Donc ce n’est pas une échelle ordinale parce qu’une échelle ordinale est (condition nécessaire) aussi une échelle nominale.

Les enjeux utilitaires (anthropocentrés) effacent le problème théorético-empirique de mesurage (parce que si l’intelligence était mesurable, ce serait une grandeur mesurable donc une grandeur et alors, la question de la plus petite quantité d’intelligence possible serait une question théoriquement non-négligeable) au profit d’un feu vert pour une convention à usage évaluatif qui permet, grâce à cet « élargissement » du sens du verbe « mesurer », d’emprunter le discours de la mesure.

Références

Stevens, S. S. (1946). On the theory of scales of measurement. Science, 103, 677-680.
Tafreshi, D., Slaney, K. L., & Neufeld, S. D. (2016). Quantification in psychology: Analysis of an unreflective practice. Journal of Theoretical and Philosophical Psychology, 36, 233-249.

Cite this article as: Stéphane Vautier, "40a. Les échelles de mesure : lire Stevens (1946)", in Épistémologie de la psychologie, 12/07/2016, http://epistemo.hypotheses.org/3696.

  1. Je remercie Corentin Gonthier qui m’a suggéré ces précisions. []