Archives mensuelles : mars 2013

Norbert Bensaïd sur prévention et prévision statistique

Si […] le savoir sur lequel [la médecine] compte est péremptoirement affirmé mais incertain, si la diffusion de ce savoir est mensongère, par excès ou par défaut, si la prévision qui devrait permettre de prévenir repose sur des statistiques abusivement interprétées, si, en plus, l’action sanitaire ne peut promettre qu’une sécurité fallacieuse, elle compromet la liberté qu’elle était censée fonder. Elle ne fait qu’assurer le règne de la crainte et le triomphe de la servitude volontaire (p. 35).

Bensaïd, N. (1981). La lumière médicale : les illusions de la prévention. Paris : Seuil.

Karl R. Popper on scientific methodology

Every scientific theory implies that under certain conditions, certain things will happen. Every test consists in an attempt to realize these conditions, and to find out whether we can obtain a counter-example even if these conditions are realized; for example, by varying other conditions which are not mentioned in the theory. (This shows, by the way, that a ceteris paribus clause, like `all things being equal’, must not be added to a theory since it would destroy its testability.) (p. 288)

Popper, K. R. (1992). Realism and the aim of science. New York: Routledge.

Merton S. Krause on causal explanation in psychology

If there is no SCCs [sufficient condition causes] in the subject matter domain of scientific human psychology, then there is no explanatory science of human psychology, because then there cannot properly be said to be any definable psychological causes of human psychological phenomena but, perhaps, only probabilistic psychological predictors of such phenomena (p. 59).

Krause, M. S. (2010). Trying to discover sufficient condition causes. Methodology, 6, 59-70.

Gaston Bachelard sur mesurage et précision

Mesurer exactement un objet fuyant ou indéterminé, mesurer exactement un objet fixe et bien déterminé avec un instrument grossier, voilà deux types d’occupations vaines que rejette de prime abord la discipline scientifique. (p. 213)

Bachelard, G. (1983). La formation de l’esprit scientifique. Paris : Vrin. (Première édition en 1938)

Voir aussi Popper (2013).

 

Imre Lakatos on falsification

Sophisticated methodological falsificationism offers new standards for intellectual honesty. Justificationist honesty demanded the acceptance of only what was proven and the rejection of everyting unproven. Neojustificationist honesty demanded the specification of the probability of any hypothesis in the light of the available empirical evidence. The honesty of naive falsificationism demanded the testing of the falsifiable and the rejection of the unfalsifiable and the falsified. Finally, the honesty of sohisticated falsificationism demanded that one should try to look at things from different points of view, to put forward new theories which anticipate novel facts, and to reject theories which have been superseded by more powerful ones. (pp. 37-38)

Lakatos, I. (1978). Falsification and the methodology of scientific research programmes. In J. Worrall & G. Currie (Eds.), Imre Lakatos: Philosopical papers, Vol. 1: The methodology of scientific research programmes (pp. 8-101). Cambridge: Cambridge University Press.

Karl R. Popper on conjecturing

A scientist, whether theorist or experimenter, puts forwards statements, or systems of statements, and tests them step by step. In the field of empirical sciences, more particularly, he constructs hypotheses, or systems of theories, and tests them against experience by observation and experiment. (p. 3)

Popper, K. R. (1959). The logic of scientific discovery. Oxford England: Basic Books. (Original published 1934)

Günter Trendler on measurement and instrumentation

The action of disjoining an undifferenciated and interwoven bundle of causal relations, as usually offered by nature, and systematically joining together the cause-effect relations of interest, while controlling disturbing factors, is what the construction of an apparatus essentially consists of. (p. 587)

Trendler, G. (2009). Measurement theory, psychology, and the revolution that cannot happen. Theory & Psychology, 19, 579-599.

Alain sur la pensée critique

[…] et penser, selon mon opinion, c’est toujours dans le premier moment faire non de la tête, et même fermer les yeux à l’évidence, comme on dit, afin de se donner le temps de la réflexion. D’où il suit que les penseurs passent aisément pour des obstinés et des négateurs.
Contrariants aussi, en ce sens qu’ils nient volontiers, et d’abord sans autre raison, ce que les moutons de doctrine se mettent à bêler tous ensemble, avec le souci de se mettre bien d’accord. (p. 140)

Alain. (1956). Propos. Paris : Gallimard.

Voir aussi Lumsden (1973), Michell (2004), Rozeboom (1984).

 

Gaston Bachelard sur l’esprit scientifique

Nous insisterons sur ce fait qu’on ne peut se prévaloir d’un esprit scientifique tant qu’on n’est pas assuré, à tous les moments de la vie pensive, de reconstruire tout son savoir. (p. 7)

Bachelard, G. (1983). La formation de l’esprit scientifique. Paris : Vrin. (Première édition en 1938)

Karl R. Popper sur la prévision scientifique

Pour prévoir, il est besoin de lois et de conditions initiales ; si l’on ne dispose pas de lois ou si l’on ne peut constater de conditions initiales, il ne s’agit plus de prévisions scientifiques. (p. 207)

Popper, K. (1973). La logique de la découverte scientifique. Paris : Payot. (Original publié en allemand en 1934 avec la mention « 1935 », note du traducteur de l’édition anglaise)

Voir aussi Quine (1960/1977).

Jerome Kagan sur les préjugés

Si vous aviez vécu en Europe à la fin du XVe siècle, vous auriez cru que les sorcières déclenchaient des maladies, que punir sévèrement un enfant lui inspirait une utile crainte de l’autorité ou encore que rechercher le plaisir sexuel réduisait l’énergie vitale de l’homme et lui fermait définitivement les portes du Paradis. Aujourd’hui, cinq siècles plus tard, les sciences du comportement humain, qui sont très vivaces mais encore jeunes, se prévalent d’un grand nombre d’affirmations tout aussi fallacieuses (p. 9).

Kagan, J. (2000). Des idées reçues en psychologie. Paris : Odile Jacob.

Henri Atlan sur la scientificité

« Il n’y a de vérité que scientifique », disait Bertrand Russell. Mais en même temps, procédant du particulier au général, la recherche de cette vérité se veut modeste, limitée par les conditions d’application des méthodes rigoureuses qu’elle se donne, à des objets qui leur sont adaptés, et pour cela soigneusement circonscrits et définis. (p. 11)

Atlan, H. (1986). A tord et à raison : intercritique de la science et du mythe. Paris : Editions du Seuil.

Michel Bitbol sur la scientificité

[…] les sciences ne tirent pas leur part de certitude d’un accès aux (hypothétiques) propriétés intrinsèques des choses, mais d’une maîtrise des conditions d’établissement de relations entre des phénomènes eux-mêmes relatifs aux formes de connaissances. (p. 11)

Bitbol, M. (2010). De l’intérieur du monde. Pour une philosophie et une science des relations. Paris : Flammarion.