Archives mensuelles : avril 2013

Brian Ellis on the concept of probability

The procedures that relate to the ‘relative frequency’ and ‘subjective probability’ senses are clearly empirical: their outcomes depend on how the world is, not merely on how we talk about it. Accordingly, these concepts are called empirical probability concepts. Those procedures relating to the ‘degree of confirmation’ sense, however, are non-empirical: their outcomes do not depend on how the world is, but simply on the language we use to describe it and the principle of inductive reasoning that we adopted. Accordingly, this kind of probability is called logical probability. (p. 160)

Ellis, B. (1966). Basic concepts of measurement. Cambridge: Cambridge University Press.

Wilhelm Windelband sur la nécessité de la cohérence logique

C’est précisément dans la mathématique que la relation de la connaissance à ses objets, formés par cette connaissance même, possède une transparence extrêmement instructive. Car, si les configurations numériques et les figures spatiales particulières que le chercheur constitue en objets dépendent de son arbitraire, la pensée connaissante, dès que l’objet est construit, est pourtant complètement liée à lui et soumise à la légalité immanente de l’objet. La production du problème et sa solution ne peuvent rien viser d’autre que le développement des rapports de grandeur créés par la construction synthétique même. La pensée mathématique, aussi libre qu’elle soit dans la production de ses objets, fait précisément en cela l’expérience de la contrainte de l’objectivité [Gegenständlichkeit], qui se trouve contenue dans les configurations qu’elle construit et qui oppose sa puissance souveraine à toute affirmation arbitraire. Nous voulons en outre qualifier cette relation, qui apparaît nécessairement du point de vue de la psychologie subjective comme un miracle, de logique de l’objet.

Il en va toutefois de même pour les sciences empiriques. Si les habitudes de la pensée préscientifique, relevant du réalisme naïf, le dissimulent, la réflexion logique doit du coup d’autant plus rigoureusement mettre en évidence le fait que nulle connaissance ne peut se rapporter à des objets qu’elle n’a pas elle-même conceptuellement déterminés. (p. 222)

Windelband, W. (2002). Les principes de la logique. In W. Windelband (Ed.), Qu’est-ce que la philosophie ? et autres textes (pp. 183-240). Paris : Vrin. (Original publié en 1912)

Pierre Duhem sur ce qu’est une théorie physique

Une théorie physique sera donc un système de propositions logiquement enchaînées, et non pas une suite incohérente de modèles mécaniques ou algébriques ; ce système n’aura pas pour objet de fournir une explication, mais une représentation et une classification naturelle d’un ensemble de lois expérimentales. (p. 157)

Duhem, P. (2007). La théorie physique, son objet, sa structure. Paris : Vrin. (Ed. originale 1906)

Pierre Duhem sur l’utilitarisme

D’ailleurs, le futur ingénieur réclame un enseignement  de peu de durée ; il a hâte de battre monnaie avec ses connaissances ; il ne saurait prodiguer un temps qui, pour lui, est de l’argent. Or, la Physique abstraite, préoccupée, avant tout, de l’absolue solidité de l’édifice qu’elle élève, ignore cette hâte fiévreuse ; elle entend construire sur le roc et, pour l’atteindre, creuser aussi longtemps qu’il sera nécessaire ; de ceux qui veulent être ses disciples, elle exige un esprit rompu aux divers exercices de la logique, assoupli par la gymnastique des sciences mathématiques ; elle ne leur fait grâce d’aucun intermédiaire, d’aucune complication. Comment ceux qui se soucient de l’utile, et non du vrai, se soumettraient-ils à cette rigoureuse discipline ? Comment ne lui préfèreraient-ils pas les procédés plus rapides des théories qui s’adressent à l’imagination ? (p. 137)

Duhem, P. (2007). La théorie physique, son objet, sa structure (éd. originale 1906). Paris : Vrin.

Voir aussi Albert (1969/1979), Michell (1997).

Imre Lakatos on statistical techniques in the social sciences

… one wonders whether the function of statistical techniques in the social sciences is not primarily to provide a machinery for producing phoney corroborations and thereby a semblance of ‘scientific progress’ where, in fact, there is nothing but an increase in pseudo-intellectual garbage. …Thus the methodology of research programmes might help us in devising laws for stemming this intellectual pollution which may destroy our cultural environment even earlier than industrial and traffic pollution destroys our physical environment. (p. 88, footnote 4)

Lakatos, I. (1978). Falsification and the methodology of scientific research programmes. In J. Worrall & G. Currie (Eds.), Imre Lakatos: Philosopical papers, Vol. 1: The methodology of scientific research programmes (pp. 8-101). Cambridge: Cambridge University Press.