Archives mensuelles : janvier 2015

Joel Michell on the myth of mental measurement

The discourse of testing, in particular presenting testing as if it were a form of measurement, outstrips the science upon which testing is based. There is no evidence either that tests measure anything or that the attributes that testers aspire to measure are measurable, so presenting tests as if they were instruments of measurement is presenting a myth, the myth of mental measurement, as if it were a known fact. (p. 112)

Michell, J. (2009). Invalidity in validity. In R. W. Lissitz (Ed.), The concept of validity: Revisions, new directions and applications (pp. 111-133). Charlotte, NC: Information Age Publishing.

 

35a. Observations objectives vs. subjectives

A telle heure, Paul répond « non » à l’item « Je me sens fatigué(e) » ; beaucoup de gens, considérant qu’il s’agit d’une observation subjective, concluent que la vérité scientifique n’est pas à l’ordre du jour en psychologie, puisqu’il n’est question que de subjectivité (ou d’humain). C’est aller trop vite en besogne et le contre-sens méthodologique n’est pas loin. Dans ce billet, il s’agit de soutenir que l’énoncé d’observation

à telle heure, Paul a répondu « non » à cet item

est une observation objective1.

Certes, l’opacité de ce « non » doit être reconnue. Il faut supposer que pour répondre à l’item, Paul s’auto-considère, se regarde lui-même, se prend lui-même pour objet. Le vécu (pensées, émotions, sentiment de soi) de Paul ne peut être vécu par autrui. En prêtant attention à Paul, une tierce personne produit, du moins nous le supposons, des pensées, des émotions, un sentiment d’elle-même, qui incluent des cogitations sur ce que Paul peut ressentir. Je ne vois pas ce qui permet de comparer le vécu de Paul et le vécu que nous éprouvons quand nous nous intéressons au vécu de Paul, puisque précisément, on ne sait objectiver ces vécus, c’est-à-dire les abstraire des personnes qui en sont le siège, que par des mots (ou par d’autres formes de production comme le dessin, la musique, etc., mais alors ce n’est plus du langage à proprement parler)2.

Pour essayer d’établir ce à quoi « non » réfère chez Paul, faudrait-il revenir à l’introspection comme technique d’observation (e.g., Petitmengin & Bitbol, 2009 ; Silvia & Gendolla, 2001) ? Quoiqu’il en soit, on comprend la tentation de signaler l’indétermination référentielle du « non » de Paul par la locution « observation subjective » : on ne peut pas se substituer à Paul qui est l’unique observateur de son vécu.

Dans toutes les discussions concernant le problème du mesurage d’une grandeur psychologique, l’observateur est le psychologue. Et ce que le psychologue observe, c’est une réponse à un item de test — rien d’autre, il ne faut pas se laisser distraire, ici, par l’objection qui consiste à dire que pas du tout, le psychologue observe bien d’autres choses lorsqu’il fait passer le test ; il perçoit bien sûr bien d’autres choses, mais il ne les observe pas, au sens où une observation objective implique l’utilisation d’un langage descriptif donné (un référentiel de description).

Ce qui nous conduit à préciser en quoi une observation peut être objective (voir aussi 8a, 24a). Appelons P cette observation. P est objective pour un ensemble d’observateurs potentiels si quel que soit un observateur potentiel de cet ensemble, P est vraie pour lui dès qu’il observe (i) Paul en train de répondre ou bien (ii) la réponse de Paul — jugement de vérité qui est un jugement subjectif. Vous prenez n’importe qui, vous lui montrez la feuille de réponse de Paul et vous vérifiez qu’il affirme bien que la réponse à cet item est « non » (laquelle vérification est, inévitablement, subjective). L’objectivité, ici, n’est rien d’autre que l’espoir de l’interchangeabilité des sujets lorsqu’ils forment un jugement de vérité concernant un énoncé d’observation qui décrit un phénomène (qui se passe, mais qu’on ne saisit, pour l’activité scientifique, que par des propositions, des phrases, des énoncés). Pour éviter de confondre cette objectivité-là avec une idée absolue ou encore totalisante de l’objectivité, je parle d’objectivité au sens faible.

Autrement dit, l’objet de la connaissance objective est ici non pas ce que Paul a ressenti, mais ce qu’il a répondu. Si on se sert de sa réponse pour mesurer par exemple sa quantité de fatigue, cette quantité de fatigue est une fiction, un point de [0, max] (qu’on peut projeter dans ou sur le réel, mais cela n’est pas nécessaire, on peut très bien considérer qu’une théorie scientifique puisse ne pas correspondre totalement au réel3). Si on imagine qu’on mesure une quantité, se pose la question de la mesurabilité de la fatigue définie comme quantité, c’est-à-dire des conditions qui permettent de croire que la variation des réponses observées dépende de la variation de la quantité de fatigue (cf. 3a). L’important est que si on prétend mesurer la fatigue avec des réponses à un ou des items de fatigue, on soit lucide sur le fait que le vécu « fatigue » n’est logiquement pas pertinent parce que le vécu n’est pas une grandeur. Et si on s’intéresse au vécu ou encore au ressenti plutôt qu’à une quantité de grandeur, alors il  faut se poser la question des conditions de possibilité d’une connaissance objective de ce ressenti — vaste programme, qui ne relève pas du mesurage.

Références

Petitmengin, C., & Bitbol, M. (2009). The validity of first-person descriptions as authenticity and coherence. Journal of Consciousness Studies, 16, 363-404.

Silvia, P. J., & Gendolla, G. H. E. (2001). On the introspection and self-perception: Does self-focused attention enable accurate self-knowledge? Review of General Psychology, 5, 241-269.

  1. Au sens faible du terme, i.e., la vérité de cette observation n’est pas la Vérité absolue. []
  2. Partager l’idée d’un sentiment douloureux de solitude avec autrui ne change rien au fait que l’autre n’éprouve pas ce que nous éprouvons parce qu’il n’est pas nous. []
  3. Parce que nous faisons partie du réel et que nous ne pouvons pas être tout à la fois objet et sujet de l’appréhension de nous-mêmes — la partie qui appréhende n’étant pas simultanément appréhendée, ce qui entraîne qu’une partie du réel nous échappe nécessairement. []

34a. Rédiger en psychologie

Dans ce billet, je consigne des citations de copies. Les étudiants ont besoin d’être formés à l’expression écrite et nous, enseignants de psychologie, devons en tirer les conséquences. Il faut les faire écrire, les lire, les critiquer, les corriger, les faire écrire, les critiquer, etc., jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien à corriger. L’expression d’une réflexion personnelle argumentée, documentée, responsable, est une partie constituante de notre capacité à perpétuer la démocratie et à contribuer à son développement — le reste, le kaléidoscope des doctrines psychologiques, est secondaire.

En réponse à la question « Un test psychologique est-il un instrument de mesure ? Justifiez » (2015, L2) :

  1. Oui, un test psychologique est un instrument de mesure parce qu’il peut mesurer différentes choses telles que l’intelligence avec le QI. [Justifier, c’est définir ce qu’est un instrument de mesure et montrer qu’un test psychologique satisfait ou pas la définition.]
  2. Oui, il peut mesurer par exemple le développement cognitif d’un enfant. Piaget en 1942 crée les tests de concervations pour cet effet. [Le développement cognitif n’est pas une grandeur mais un processus.]
  3. Un test psychologique est un instrument de mesure car une fois codé, les réponses pourrons être calculés. [Mesurer et calculer sont des synonymes (je passe sur la grammaire) ?]
  4. Non un test psychologique n’est pas un instrument de mesure car ce sont des personnes qui répondent au test donc ça serait eux, leurs réponses au test qui est notre « instrument de mesure ». [Ici, il faut avoir une mentalité d’accoucheur : oui vous pouvez le dire, mais il y a du travail.]
  5. Oui, car un test nous permet d’avoir des données quantitatives ou qualitatives que l’on peut mesurer grâce à des lois de mesures ou des échelles de mesures. Mesurer les résultats par la suite nous permet de discuter et comprendre les phénomènes psychologiques. [Défi : qui peut démêler cette pelote de mots ?]
  6. Non ce n’est pas un instrument de mesure car on ne peut pas le quantifier. [Certes, on ne peut pas quantifier un test psychologique. Quel est le complément d’objet direct du verbe quantifier ?]
  7. Oui c’est un instrument de mesure, il mesure des scores, c’est à dire une variable quantitative ; et non qualitative. [Quel est le complément d’objet direct du verbe mesurer ?]
  8. Le test psychologique est aussi appelé « instrument de test ». C’est donc un instrument de mesure. [La déduction est-elle valide ?]

En réponse à la question « Quelle est la définition du mesurage qui sous-tend qu’un score de QI mesure l’intelligence ? » (2015, L2) :

  1. Le mesurage permet d’avoir des résultat sur le score et peut etre situer dans une echelle. [Ici, il faut avoir une mentalité d’accoucheur : oui vous pouvez le dire, mais il y a du travail.]

En réponse à un sujet d’épistémologie (2015, M2R) :

  1. En sciences humaines, il est difficile de ne pas faire intervenir la subjectivité. Pour se rapprocher au plus près de « l’objet », nous avons des solutions comme le travail conjoint. [Il faudrait au moins donner un exemple. Nébuleux.]
  2. La recherche en science humaine, notamment en psychologie consiste à expliquer des enchainements entre des phénomènes. [Je vous parie que vous ne pouvez pas trouver un seul exemple d’article de science humaine (sic) qui explique comment deux phénomènes s’enchaînent.]
  3. Ces buts [de recherche] ont permis que ce projet de recherche soit accepté par le directeur du mémoire. Son rôle est de s’assurer que la recherche est utile. De plus, le directeur de Recherche donne également les directives pour conduire cette recherche de façon conforme à son laboratoire. [Un exemple de soumission à l’autorité institutionnelle : ne pas objecter à une telle démonstration de soumission, c’est approuver.]
  4. … les théories qu’invoquent le chercheur pour rendre compte de fait ne peut être objectif. [Quand les problèmes grammaticaux attaquent le sens d’une phrase. Peut-on négliger ce type de problèmes de maniement de l’écrit lorsqu’il s’agit de délivrer des diplômes universitaires de niveau bac+5 ?]
  5. Il est nécessaire pour avoir une part d’objectivité, d’admettre qu’il est difficile de l’être totalement lorsque l’homme (avec toute sa complexité) étudie l’homme. [Ce qu’on appelle du blabla : ne pas refuser le blabla, c’est l’accepter comme norme du discours.]
  6. [cette théorie] permet d’obtenir deux type de resultats : soit quel processus le sujet à utilisé pour la décision, soit quels facteurs sont les plus plébicités. [Ce qu’on appelle du blabla : ne pas refuser le blabla, c’est l’accepter comme norme du discours.]

Edgar Morin sur la révolution paradigmatique

Comme toute révolution, une révolution paradigmatique attaque d’énormes évidences, lèse d’énormes intérêts, suscite d’énormes résistances. Les doctrines qu’un paradigme a suscitées sont ses chiens de garde qui attaquent avec fureur tout ce qui menace leur maître. Une doctrine mortellement blessée peut se faire remplacer par une autre doctrine, qui sauve le paradigme menacé. La résistance du paradigme est la plus grande de toutes, car elle se confond, pour ses assujetis, à l’évidence logique et empirique.

… La révolution paradigmatique menace non seulement des concepts, des idées et des théories, mais aussi le statut, le prestige, la carrière de tous ceux qui vivaient matériellement et psychiquement de la croyance établie. Les initiateurs doivent braver non seulement des censures et des interdits, mais la haine. (pp. 1836-1837)

Morin, E. (2008). La méthode II. Paris : Seuil.

Voir aussi Horkeihmer et Adorno (1974), Kundera (1984), Notturno (2000).