Archives mensuelles : février 2017

Gaston Bachelard sur l’erreur rectifiée

D’ailleurs, l’expérience immédiate et usuelle garde toujours une sorte de caractère tautologique, elle se développe dans le règne des mots et des définitions ; elle manque précisément de cette perspective d’erreurs rectifiées qui caractérise, à notre avis, la pensée scientifique. (p. 10)

Toutes les fois que nous l’avons pu, nous avons indiqué par de brèves remarques comment, d’après nous, l’esprit scientifique triomphait des divers obstacles épistémologiques, et comment l’esprit scientifique se constituait comme un ensemble d’erreurs rectifiées. (p. 239)

Bacherard, G. (1983). La formation de l’esprit scientifique. Paris : Vrin. (Première édition en 1938)

Voir aussi Granger (1967/2016).

Les trois mondes de Karl Popper

Dans cette philosophie pluraliste, le monde est constitué d’au moins trois sous-mondes ontologiquement distincts ; ou, dirais-je, il y a trois mondes : le premier est le monde physique, ou le monde des états physiques ; le second est le monde mental, ou le monde des états mentaux ; et le troisième est le monde des intelligibles, ou des idées au sens objectif ; c’est le monde des objets de pensée possibles : le monde des théories en elles-mêmes et de leurs relations logiques ; des argumentations en elles-mêmes ; et des situations de problèmes en elles-mêmes. (p. 247)

Popper, K. (1991). Sur la théorie de l’esprit objectif. In K. Popper (Ed.), La connaissance objective (pp. 245-293). Paris : Aubier. (Première version 1968)

Philip Kitcher on reliance on authority

Reliance on authority affects the cognitive lifes of scientists in at least three ways. First, there is the general epistemic dependence on the past that permeates everyone’s early intellectual ontogeny. We absorb the lore of our predecessors through the teaching of parents and other authorities. Second, at the time of entry into the scientific community, fledgling scientists endorse a community-wide conception of legitimate epistemic authority. Certain people are to be trusted to decide on certain issues and the novice must accept whatever agreements they reach on those issues. Third, during the course of individual research, scientists interact with one another, collaborating and competing, adopting the claims made by some of their colleagues, investigating the proposals of others, when the claims and proposals in question go beyond what is agreed upon by the pertinent community. There are different assignments of authority within the scientific community, and these may shape the course of the members’ research. (p. 245)

Kitcher, P. (1992). Authority, deference, and the role of individual reason. In E. McMullin (Ed.), The social dimensions of Science (pp. 244-271). Notre Dame (Indiana): University of Notre Dame Press.