L2

PY0010X : Méthodologie, statistique, mesurage

L’enseignement méthodologique de mesurage, qui représente quatre heures de cours magistral, poursuit l’introduction au problème du mesurage en psychologie (le cours de L1 est un prérequis du cours de L2 ; voir la page L1). Les deux notions centrales (scorage vs. mesurage) que les étudiants doivent pouvoir mobiliser en L2 pour poser correctement le problème du mesurage dans le contexte de l’utilisation d’un test (ou questionnaire) quelconque sont présentées dans (11a), dont la lecture nécessite la maîtrise du concept de m-uplet. L’article (9a) présente rapidement les fondements épistémologiques de la démarche scientifique dans une perspective falsificationniste, fondements dont la maîtrise est nécessaire pour comprendre les enjeux scientifiques du problème du mesurage en psychologie. L’article (10a) discute l’approche orthodoxe du mesurage en rejetant la définition spéciale « mesurer, c’est noter ». Du point de vue pratique, les étudiants doivent apprendre à raisonner de manière valide sur des problèmes de comparaison de scores (21a).

Pour afficher les six articles (1a, 2a, 3a, 5a, 6a et 7a) qui forment le support du cours de L1, cliquer sur la catégorie c. L1. Pour afficher les cinq articles (9a, 10a, 11a, 20a et 21a) qui forment le support du cours de L2 cliquer sur la catégorie c. L2. Les étudiants sont vivement encouragés à poster des questions ou commentaires sur ce blog ou sur le forum mis à disposition sur la plate-forme IRIS. A titre indicatif, il me semble raisonnable que tout étudiant consacre au minimum huit heures à cet enseignement, en utilisant au maximum les possibilités d’interaction que je viens d’indiquer.

Quels types de question d’examen ?

Concernant l’article « 3a. Mesurer avec des réponses à des tests : définition« , le plus simple est d’utiliser des phrases à trou (réponses notées 0 ou 1). Par exemple : Les réponses à un certain nombre d’items de test mesurent une certaine quantité d’une certaine grandeur si et seulement si la ………………. des réponses dépend de la variation de cette quantité de grandeur, de telle manière qu’il soit possible de déduire d’une variation observée que la quantité de grandeur a augmenté ou diminué.

Concernant l’article « 5a. Mesurer avec les réponses à un item : fonctions de mesurage« , une question typique est de la forme : je détaille un item dont les réponses sont supposées mesurer une certaine quantité de grandeur psychologique, et je demande de tracer une fonction de mesurage possible. (réponses notées 0, 0,5 ou 1 selon ne me demandez pas quels critère, ce n’est pas automatisable).

Concernant l’article « 6a. La notion de mesure étalon selon Falissard : un saut qualitatif indéniable ?« , le point central porte sur la conceptualisation incorrecte de ce qu’est un instrument de mesure. La question typique est : pourquoi un test, un questionnaire, une échelle psychologique n’est pas un instrument de mesure ? (réponses notées 0, 0,5 ou 1 selon ne me demandez pas quels critère, ce n’est pas automatisable.)

Concernant l’article « 7a. Instrument de mesure et fonction de mesurage« , les notions fondamentales sont le caractère exact vs. approximatif d’une description. Une question typique est de savoir si, étant donné un certain langage descriptif (ie, un certain format de réponse), on obtient une description exacte (oui ou non, réponses cotées -1 si erreur, 0 si pas de réponse ou 1 si réponse correcte).

Concernant l’article « 10a. Comment Dickes et al. présentent la mesure en psychologie« , un point central porte sur la définition orthodoxe en psychologie de ce qu’est mesurer. Je peux demander cette définition ou demander pourquoi elle n’est pas scientifique. (réponses notées 0, 0,5 ou 1 selon ne me demandez pas quels critère, ce n’est pas automatisable.)

Concernant l’article « 20a. Les m-uplets et leur dénombrement« , je peux en prenant un exemple demander de dénombrer l’ensemble des m-uplets (réponses notés 0 ou 1).

Voilà pour l’essentiel, sachant que je me réserve la possibilité de poser d’autres questions si cela me semble utile. J’assume mon autorité académique, mais cela ne m’empêche pas de vous encourager à être critique, l’enseignement universitaire ayant pour vocation non pas d’inculquer la soumission à l’autorité, mais le sens de ce qu’est co-construire une société).

PY0015X : Techniques d’observation

L’apport « latéral » de ce blog à l’enseignement des techniques d’observation consiste à proposer une définition de l’explication scientifique (4a et 14a), afin de montrer que l’emploi du kappa de Cohen, dont l’emploi est quasi-obligatoire pour publier dans des revues spécialisées, repose sur une mauvaise façon de poser le problème de l’objectivité des observations scientifiques (8a). Cette analyse est développée à partir d’un exemple (15a).

Le lien ci-dessous donne accès à un fichier qui permet de tester l’hypothèse nulle de l’égalité de deux probabilités dans des populations indépendantes.

Tester l’égalité de deux proportions indépendantes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *