Archives par étiquette : Karl Popper

Karl Popper on probability statements

I characterise probability statements as derived hypotheses (or predictions) about sequence of events. (They do not establish any laws or predictions about the properties of individual events, but rather laws or predictions about the properties of sequences of events.) This constitues their distinguishing feature.

In order to underscore the fact that the special character of probability statements must also be deducible from the character of the assumptions, I have stressed that these statements are derived hypotheses. We can only appreciate that which is important about probability statements when we understand what typifies their assumptions.

The typical features of these assumtions are characterised: (1) by the fact that the assumptions known to us (natural laws and special conditions [« initial conditions »]) are not sufficient for the deduction of a prediction about an individual element in the sequence of events; (2) by the fact that we cannot formulate a law for the missing conditions; from this we infer the proposition that these randomly changing conditions partly compensate each other (if, as it were, a plurality of events gives them the opportunity of doing so); so that the sequence of events rather than its individual elements can be assumed to be partly independent « of the conditions about which we have no detailed knowledge ». (p. 151)

Popper, K. (2012). The two fundamental problems of the theory of knowledge. London: Routledge Classics. (Originally published 1978)

Karl Popper on falsification of probabilistic statements

If in ten throws [of a die] I obtain « 1 » six times, then I will conjecture that something is wrong with the probability prediction [P(1) = 1/6]; if, say, in the very next five throws I get « 1 » two of three times again, I will be convinced that the prediction (for this case), and with its specific assumptions, are falsified: I will try to change the assumptions. Initially, I will not change the natural laws but assume that certain other assumptions were false. Above all, I will examine whether the die is not « loaded » (whether the centre of gravity of this die is at its geometric centre, etc.). (p. 152)

Popper, K. (2012). The two fundamental problems of the theory of knowledge. London: Routledge Classics. (Originally published 1978)

Une définition de « théorie falsifiable » par Karl Popper

… l’on qualifie une théorie d’ « empirique » ou de « falsifiable » si elle divise, de manière précise, la classe de tous les énoncés de base en deux sous-classes non vides : celles (sic) de tous les énoncés de base avec lesquels elle est en contradiction (ou qu’elle exclut ou défend) et que nous appelons la classe des falsificateurs virtuels de la théorie et celle des énoncés de base avec lesquels elle n’est pas en contradiction (ou qu’elle « permet »). Nous pouvons poser ceci plus brièvement en disant qu’une théorie est falsifiable si la classe de ses falsificateurs virtuels n’est pas vide.

On peut ajouter qu’une théorie ne fait d’assertion qu’à propos de ses falsificateurs virtuels (elle affirme qu’ils sont faux). Des énoncés permis, elle ne dit rien. Et surtout pas qu’ils sont vrais. (p. 84)

Popper, K. (1973). La logique de la découverte scientifique. Paris : Payot. (Original publié en allemand en 1934 avec la mention « 1935 », note du traducteur de l’édition anglaise)

Karl Popper sur la réfutation des théories

C’est un fait qu’on ne peut jamais réfuter une théorie de manière concluante car il est toujours possible de dire qu’on ne peut se fier aux résultats expérimentaux ou que les divergences qui existent prétendument entre ces derniers et la théorie ne sont qu’apparentes et disparaîtront avec le progrès de notre compréhension. (p. 47)

Popper, K. (1973). La logique de la découverte scientifique. Paris : Payot. (Original publié en allemand en 1934 avec la mention « 1935 », note du traducteur de l’édition anglaise)

Karl R. Popper sur la prévision scientifique

Pour prévoir, il est besoin de lois et de conditions initiales ; si l’on ne dispose pas de lois ou si l’on ne peut constater de conditions initiales, il ne s’agit plus de prévisions scientifiques. (p. 207)

Popper, K. (1973). La logique de la découverte scientifique. Paris : Payot. (Original publié en allemand en 1934 avec la mention « 1935 », note du traducteur de l’édition anglaise)

Voir aussi Quine (1960/1977).