Archives par étiquette : Popper

Karl Popper sur la contradiction comme source de la connaissance

Pour autant que la science ou la connaissance puissent commencer quelque part, on peut dire ce qui suit : la connaissance ne commence pas par des perceptions ou des observations, par une collection de données ou de faits, mais bien par des problèmes. Pas de savoir sans problèmes — mais aussi pas de problème sans savoir. Ceci signifie que la connaissance commence par la tension entre savoir et non-savoir : pas de problème sans savoir — pas de problème sans non-savoir. Car tout problème surgit par la découverte que quelque chose dans notre savoir supposé n’est pas tout à fait en ordre; ou encore, en termes logiques, par la découverte d’une contradiction interne entre notre savoir supposé et les faits; ou, exprimé d’une façon peut être plus correcte encore, par la découverte d’une contradiction apparente entre notre savoir supposé et les faits supposés. (p. 76)

Popper, K. R. (1979). La logique des sciences sociales. In T. Adorno & K. Popper (Eds.). De Vienne à Francfort : la querelle allemande des sciences sociales (pp. 73-105). Bruxelles : Editions Complexes. (Original publié en allemand, 1969)

Voir aussi Darwin (1872/2001).

Karl Popper on knowledge and natural laws

We must search for natural laws, for law-like regularities, if we want to obtain any knowledge at all. But this does not in any way require us to assume the existence of strictly universal laws; il is enough for us to know that knowledge consists in searching for strictly universal laws — as if they existed. (p. 85)

Popper, K. (2012). The two fundamental problems of the theory of knowledge. London: Routledge Classics. (Originally published 1978)

Les trois mondes de Karl Popper

Dans cette philosophie pluraliste, le monde est constitué d’au moins trois sous-mondes ontologiquement distincts ; ou, dirais-je, il y a trois mondes : le premier est le monde physique, ou le monde des états physiques ; le second est le monde mental, ou le monde des états mentaux ; et le troisième est le monde des intelligibles, ou des idées au sens objectif ; c’est le monde des objets de pensée possibles : le monde des théories en elles-mêmes et de leurs relations logiques ; des argumentations en elles-mêmes ; et des situations de problèmes en elles-mêmes. (p. 247)

Popper, K. (1991). Sur la théorie de l’esprit objectif. In K. Popper (Ed.), La connaissance objective (pp. 245-293). Paris : Aubier. (Première version 1968)

Karl Popper on the general and the particular

And the irrationalist not ony tries to rationalize what cannot be rationalized, but he also gets hold of the wrong end of the stick altogether. For it is the particular, the unique and the concrete individual, which cannot be approached by rational methods, and not the abstract universal. Science can describe general types of landscape, for example, or of man, but it can never exhaust one single individual landscape, or one single individual man. The universal, the typical, is not only the domain of reason, but it is also largely the product of reason, in so far it is the product of scientific abstraction. But the unique individual and his unique actions and experiences and relations to other individuals can never be fully rationalized. And it appears to be just this irrational realm of unique individuality which makes human relations important. (p. 449)

Popper, K. (2013). The open society and its enemies. Princeton, NJ: Princeton University Press. (Original published 1945 in two volumes)