Archives par étiquette : utilitarisme

Thomas Mergel sur l’employabilité

Le processus de Bologne a instauré le concept d’employabilité. Il s’agit d’une approche extrêmement utilitariste de la formation universitaire. Pour ma part je la considère comme totalement dépassée. Le monde professionnel et les métiers eux-mêmes évoluent si vite que nos formations n’arriveront jamais à coller à ces besoins spécifiques. Beaucoup d’entreprises, en particulier dans les domaines techniques, ont déjà mis en place des formations complémentaires, adaptées à leurs besoins et destinées aux jeunes diplômés. Et ça, je pense que c’est la bonne solution. Jamais l’université ne sera capable de profiler les étudiants selon les critères des entreprises, que ce soit en sciences humaines ou en ingénierie. La notion d’employabilité est une aberration car en plus de nuire à la qualité des enseignements, elle n’apporte rien aux étudiants. (35:54)

In Viallet, J.-R. (2016). Etudiants, l’avenir à crédit.

Hans Albert sur science et besoin de stabilité du comportement

Que l’anticipation méthodique de régularités possibles réponde aux « besoins élémentaires de stabilité du comportement », c’est sans aucun doute exact. Cependant, on peut dire la même chose au sujet des conceptions mythiques, religieuses et métaphysiques de toutes sortes et, en général, au sujet de tout système qui donne une orientation au monde. Or, la science n’est possible, précisément, que là où il existe un domaine social dans lequel l’intérêt de connaissance s’émancipe de pareils besoins élémentaires. (p. 199)

Albert, H. (1979). Dans le dos du positivisme ? Les détours de la dialectique sous les lumières de la critique. In T. Adorno & K. Popper (Eds). De Vienne à Francfort : la querelle allemande des sciences sociales (pp. 191-212). Bruxelles : Editions Complexe. (Original publié en allemand, 1969)

Voir aussi Duhem (1906/2007), Michell (1997).

Karl Popper sur curiosité théorique et praticalisme

Je souhaite donc qu’il soit tout à fait clair que je considère que l’intérêt du théoricien pour l’explication, c’est-à-dire pour la découverte de théories explicatives, est irréductible à l’intérêt qu’il porte à la déduction de prédictions permettant des applications pratiques. L’intérêt du théoricien pour des prévisions peut, d’autre part, s’expliquer par l’intérêt qu’il porte à la question de savoir si ses théories sont vraies ou, en d’autres termes, par l’intérêt qu’il a à soumettre ses théories à des tests pour essayer de voir si l’on ne peut pas prouver leur fausseté. (p. 59, note 1*)

Popper, K. (1973). La logique de la découverte scientifique. Paris : Payot. (Original publié en allemand en 1934 avec la mention « 1935 », note du traducteur de l’édition anglaise)

Voir aussi Duhem (1906/2007) et Michell (1997).

Joel Michell on scientific ends

Practicalism, the view that science should serve practical ends, when stronger than the spirit of disinterestedness, can corrupt the process of investigation. Science, as the attempt to understand nature’s ways of working, knows nothing of practicalism, for scientific knowledge is neither useful nor useless, in itself. It only becomes so when taken in relation to interests other than scientific, interests which may shift with the tide of social change. (p. 365)

Michell, J. (1997). Quantitative science and the definition of measurement in psychology. British Journal of Psychology, 88, 355-383.

Voir aussi Albert (1969/1979), Duhem (1906/2007).