Connaissance, connaissance logique et musique

La connaissance au sens large et la connaissance (qui se fabrique au crible de la) logique ne sont pas le même ensemble parce que la musique est une connaissance qui ne se fabrique pas au crible de la logique mais d’une autre forme de sensibilité.

La logique est une discipline. Quand on s’y soumet, on peut glaner des connaissances.

La musique est aussi une discipline parce qu’elle a ses structures harmoniques et mélodiques.1 Quand on se soumet à des contraintes harmoniques et mélodiques pour s’exprimer, on fait parfois de la musique.

Si par connaissance on entend ce qui résulte d’un travail de soumission créative à l’objectivité des structures qu’on manipule2, alors la musique est une connaissance — elle se fabrique aussi par une sorte de criblage.

Or la musique n’est ni vraie ni fausse, parce que les sons ne sont pas formés par des propositions vraies ou fausses comme en logique.3 Donc la musique n’est pas de la logique.

Voir aussi sur l’objectivité Windelband.

  1. ou rythmiques du moment qu’on a l’harmonie on a les notes et il faut encore le rythme. C’est peut-être une des raisons qui font que rares sont ceux qu’on appelle de bon musiciens, au sens propre de joueurs de musique et non pas de guitare, de piano ou autre trompette, je veux dire pas des gens qui bourinent sur leurs instruments sans jouer, au sens éthologique du terme, i.e., au sens d’apprendre par la découverte, avec le son qu’ils font. []
  2. pas besoin de buter sur un réalisme dur de l’objet qui d’ailleurs s’effrite au fur et à mesure qu’on s’en rapproche, un constructivisme à la Piaget va bien aussi du moment que l’objectivité des structures, qui est une mathématique, est préservée []
  3. Les propositions sont formées par des sons ou des signes visuels. []

Définition : le temps

Le temps est ce qui permet de dire « vrai qu’il existe une entité identique à elle-même aux dates t et t‘ ! ». Sinon on ne pourrait pas observer son état parce qu’observer prend du temps et qu’observer un état est observer un état et pas deux ni une infinité, entre le début t et la fin t‘ de l’observation d’une entité durable puisqu’il s’agit de son état.

Alors que puisque t est différent de t‘, cette entité a changé de date, et que comme sa date est un de ses attributs, un de ses attributs a changé donc elle n’est pas identique à elle-même (sinon aucun de ses attributs n’aurait changé). Si on accepte que l’idée d’une entité capable de permanence momentanée est contradictoire donc fausse, il n’y a rien à connaître qui ne soit éphémère.

C’est pourquoi merci le temps comme mystère qui a la propriété de régler la contradiction et rendre possible la connaissance d’au moins une entité. Or il n’est pas sûr que le temps/mystère existe parce que les mesures de t et t‘ sont des représentations1. Et si le temps n’existe pas il ne peut pas permettre d’énoncer la première phrase sans énoncer une erreur.

Il est nécessaire que le mystère existe si on veut de la connaissance sur au moins une entité durable. J’appelle (je mets) l’objet nommé Mystère dans la classe des énoncés d’ignorance et je remarque que pas de connaissance sans ignorance.

Bravo une science ou une philosophie qui respecteraient les énoncés d’ignorance parce qu’il peut être utile de savoir ce qu’on ignore — par exemple de savoir qu’on ignore ce qu’est le temps et que par conséquent, il vaut mieux chercher à savoir ce que nous devons/voulons faire de notre temps (« vrai problème ») que de savoir comment agir sur le temps dont nous disposons (« faux problème »). Merci Monsieur Etienne Klein.

  1. mot piège : qu’est-ce qu’une représentation ? Je ne sais pas au juste mais par définition une représentation de x n’est pas x. []

Sur la visibilité des équipes de recherche universitaire

Une équipe de recherche universitaire doit être visible.

— Pourquoi ?

— Raison possible : si elle est invisible, elle disparaît.

— Pourquoi elle disparaît ?

— Raison possible : parce que pour exister il faut être visible.

— Ah d’accord. Une question je peux ?

— Tu peux.

— Et si ça lui fait perdre du temps d’être visible ?

— Une question à mon tour : pourquoi ça ferait perdre du temps d’être visible ?

— Ah d’accord (in petto : je croyais que la recherche universitaire servait à fabriquer des phrases vraies… ce qui prend un temps fou… Eurêka ! on peut être visible en disant des phrases fausses, il suffit de les rendre visibles — et tout va bien tant que ceux qui les lisent n’ont pas le temps de tester si elles sont vraies ; y a des chances que ça marche si ceux qui les lisent cherchent la visibilité (parce qu’ils vont les lire vite, voire ne pas les lire).

Combien mesure le risque d’erreur de type 1 (en statistique) ?

D’abord, le risque d’erreur de type 1 (se tromper en rejetant H0) n’est pas mesuré par « p < .05 » parce que « p < .05 » ne désigne pas une probabilité mais un intervalle — dont la probabilité vaut (mesure) 0,05.

Ensuite H0 est vraie par construction — sinon on ne pourrait pas déterminer la valeur-seuil telle que p < .05. Donc on se trompe nécessairement en rejetant H0.1

D’une manière générale et par construction des règles de la logique, la probabilité qu’une phrase soit fausse quand on la déclare vraie ou vraie quand on la déclare fausse mesure 0 si on se trompe et 1 si on ne se trompe pas.2 Ce qui importe, c’est que, dans le cas de figure, comme H0 est vraie, la probabilité de se tromper en rejetant H0 mesure 1.

Corollaire. La probabilité de se tromper en croyant qu’on sait mesurer empiriquement le risque d’erreur de type 1 vaut 1.

Note. On pourrait objecter que quand on dit que H0 peut être fausse, on ne parle pas de l’objet mathématique H0, mais de ce qui se passe dans le monde auquel on cherche à accéder empiriquement. Dans ce cas, on a oublié, je suppose, de répondre à la question : comment H0 pourrait être une théorie du monde auquel on s’intéresse ? Pour autant que je sache, les statisticiens sont les premiers à admettre que quand on prend leurs modèles probabilistes pour des théories qui décrivent ce qui se passe, ces théories sont fausses (e.g,. Embretson & Reise, 2000). Dans ce cas, le risque de se tromper en rejetant H0 mesure 0.

  1. Du reste, H0 n’a pas de falsificateur dans l’ensemble des valeurs possibles de la variable-test — elle est, du point de vue de ce référentiel, tautologique. []
  2. Et qui sait si on se trompe ? Si celui qui sait existe, je ne le connais pas merci de prendre contact avec moi il sera bien accueilli. []

Définition. Une OPA sem en paradigmatique des sciences

Une offre publique d’achat est une OPA. L’usage de la métaphore en science étant sujet à caution, pourquoi utiliser cette expression pour décrire ce qui peut se passer dans un paradigme scientifique ? 

Définition subsidiaire 1. Paradigme scientifique — se dit d’un ensemble de discours et de pratiques qui se désignent comme « scientifiques ».

Définition subsidiaire 2. Paradigmatique des sciences — une disciple de la philosophie des sciences qui s’occupe de décrire le mode d’existence des sciences à travers ses discours et ses pratiques.

Une OPA sémantique (abrégé OPA sem) en paradigmatique des sciences consiste dans ce phénomène linguistique : le sens académique, technique, scientifique, etc. d’une expression porte sur un domaine plus restreint que le sens non-contrôlé de cette expression. Autrement dit, quand on parle d’une OPA sem, on énonce dans un langage imagé qu’il s’est passé quelque chose particulier, une restriction de sens — l’analogie de la métaphore tenant à ce qu’une OPA en économie entraîne une restriction économique, à savoir que certaines possibilités économiques ont disparu.1

Exemple d’OPA sem en psychologie : « hypothesis testing » est une expression qui désigne spécifiquement, exclusivement, le test d’hypothèses nulles définies en statistique. Par conséquent, elle ne désigne plus le test d’hypothèse tel qu’il a été connu dans le domaine de la démarche dite hypothético-déductive en science. Une conséquence probable de cette OPA est qu’on ne s’intéresse plus aux travaux qui se donneraient pour objectif de tester des hypothèses scientifiques, notamment psychologiques, sans le recours à la statistique dite inférentielle.2

Deuxième exemple d’OPA sem en psychologie et sciences connexes : en psychologie et sciences connexes, un résultat expérimental est dit scientifique si au moins une hypothèse nulle a été testée. L’effet de l’OPA sem en question est qu’aucun résultat expérimental qui ne s’accompagne d’un test statistique d’hypothèse nulle (« null hypothesis significance testing ») n’est scientifique. Il s’agit d’un contrôle, ou encore d’une censure, qui s’exerce sur la valeur de l’expérience ou encore sur l’expérience valable (qui vaut).

  1. D’après le Trésor de la Langue Française : Procédure consistant, pour une société A (la société initiatrice) désirant prendre ou renforcer son contrôle sur la société B, à proposer publiquement aux actionnaires de la société visée le rachat de leurs titres à un prix supérieur au cours de la bourse, pendant une période limitée, et sous réserve qu’au terme de cette période le nombre de titres demandés par la société initiatrice soit atteint. []
  2. La police académique n’interdit pas de collectionner des exemples d’OPA sémantique dans tel ou tel secteur de la recherche académique. []

49a. Un exemple de test d’aptitude : « l’oreille »

Il m’est arrivé d’entendre dire que j’enseigne que les tests (psy) ne valent rien. Voici un démenti exemple à l’appui, que j’ai trouvé dans un bouquin sur Pat Metheny (Florin & Ségala, 2017).

Je me souviens très bien qu’au cours élémentaire, on a passé un test d’aptitudes musicales dont s’était chargé Monsieur House. On devait repérer laquelle de deux notes était la plus aigüe, en partant d’une octave et en resserrant l’intervalle. Moi ça me paraissait évident, mais j’étais le seul à avoir tout juste et je me disais : « Comment se fait-il que les autres n’entendent pas ça ? » (p. 28)

A-t-on besoin de déduire de « les aptitudes musicales ne sont pas une grandeur — et donc ne sont pas mesurables » que ce test ne vaut (ne sert à) rien ?

Référence

Florin, L., & Ségala, P. (2017). Pat Metheny : artiste plunique. Editions du Layeur.

Sur empirisme, psychanalyse, écoute et temps

Soyons empiriques : si la psychanalyse marche, c’est-à-dire s’il se trouve que la majorité de ses pratiquants défend sa psychanalyse, ce n’est pas parce que telle ou telle théorie psychanalytique est vraie, c’est parce qu’on les écoute.

D’où, abductivement, la possibilité que (i) on ait tous besoin d’être écouté et que (ii) on ne soit pas assez écouté — sinon ça ne ferait pas du bien d’être écouté. Un truc qui corrobore : être écouté implique avoir du temps donc pas de temps implique ne pas être écouté ; or le temps manque.

D’où une préconisation de santé psychologique : prendre du temps. Corollaire politique : fabriquer le droit de chacun à disposer de soi (puisqu’on ne peut pas agir sur le temps, par exemple en le ralentissant).

2018-04-11.

George Bernanos sur les notes scolaires

Elles [les notes de l’abbé Donissan au séminaire] sont médiocres, franchement médiocres, mais Dieu sait dans quel sens, et si c’est la médiocrité de l’élève qu’elles prouvent, ou du maître ! (99-100)

Bernanos (1926/2008). Sous le ciel de Satan. Paris: Gallimard.

La psychologie est-elle une science ?

La réponse dépend d’un point de positionnement éthique. Car de deux choses l’une : soit on accepte que telle ou telle personne susceptible de faire l’objet de la psychologie soit une chose, car il faut bien qu’une science empirique1 soit une science de quelque chose.

Ou bien on refuse que cette personne soit traitée comme une chose, ou seulement du bout de la pensée parce que, conformément à l’exigence de Simone Weil (1957), la personne est sacrée, et alors elle échappe à la démarche scientifique2 ; et dans cette échappée, la personne comme objet de pensée peut devenir, éventuellement, objet d’émerveillement.

Et qu’on ne raconte pas que la psychanalyse échappe au problème de la vérité de son savoir en appelant sa chose le sujet ; je ne vois pas que Freud ou Lacan par exemple se soient privés de considérer les sujets comme des choses3.

Une psychologie académique s’est édifiée avec de légers emprunts humains pour parler de personnes typiques. Mais en confondant le typique et le général, elle accepte par avance que son savoir typique soit faux dès qu’il s’applique à quelqu’un.4.

Référence

Weil, S. (1957). Écrits de Londres. Paris : Gallimard.

date : 2018/07/18

  1. et la psychologie,si elle était une science, ne saurait pas ne pas être empirique []
  2. qui a pour condition nécessaire d’avoir un objet qui doit pouvoir être soumis à des tests parce qu’elle connaît par analyse ; comme ce qu’il y a de sacré dans la personne est non pas sa singularité (chaque brin d’herbe d’une prairie est singulier) mais ce qu’on appelle son âme, et comme l’âme n’implique aucune impossibilité, l’âme ne saurait permettre un apprentissage scientifique []
  3. ne sommes-nous pas, en psychanalyse, des choses vivantes aux prises de l’inconscient ou du langage? []
  4. Remarque pratique : si c’est l’autre qui façonne ce que nous sommes en tant que non-choses, il s’agirait plutôt, en psychologie, de déterminer ce que nous aimons en l’autre — lire un peu Levinas peut valoir la peine. []

Sur possibilité et vérité

Une possibilité ne peut être vraie — elle peut exister ou ne pas exister (ici, être = exister) et si elle existe, elle peut s’actualiser ou ne pas s’actualiser. Et qu’une possibilité existe est une phrase vraie ou fausse. De la même manière, une possibilité ne peut pas être fausse.

Il n’y a que les phrases qui peuvent être vraies ou fausses. Encore existe-il peut-être des phrases qui ne sont ni vraies ni fausses : je ne vois pas à quel titre toute phrase devrait être vraie ou fausse (ou pourquoi une phrase ni vraie ni fausse ne pourrait pas exister).

date : 2018/05/05

Sur la connerie (ou la bêtise)

Qu’est-ce qu’être con ? Etre un  « agent supposé ‘myope’ et disposer uniquement d’une rationalité adaptative » — tiré de Individualisme méthodologique (Wikipedia, à propos de la théorie des jeux évolutionnistes). Comme on est tous « myope » — au sens de l’ignorance dont nous sommes affectés concernant ce qui se passe — la connerie c’est l’égoïsme. La théorie des jeux évolutionnistes a-t-elle été essayée en partant de la générosité comme méta-but stratégique ?

date : 2018/03/20

Albert Jacquard sur les mathématiques cache-misère

Trop souvent les mathématiques sont … utilisées comme un cache-misère conceptuel. Lorsque l’on ne sait pas trop bien de quoi on parle, il est tentant, pour faire illusion et camoufler le flou de la pensée, de représenter sans le définir l’objet du discours par un symbole, et d’introduire ce symbole dans quelques équations. Plus ces équations sont compliquées, plus elles feront appel à des dérivées secondes ou à des intégrales, plus le tour de passe-passe sera réussi. Cette débauche de moyens édifie une façade de scientificité qui décourage la critique. (p. 86)

Jacquard, A. (1998). L’équation du nénuphar : les plaisirs de la science. Paris : Calmann-Lévy.

Thomas Mergel sur l’employabilité

Le processus de Bologne a instauré le concept d’employabilité. Il s’agit d’une approche extrêmement utilitariste de la formation universitaire. Pour ma part je la considère comme totalement dépassée. Le monde professionnel et les métiers eux-mêmes évoluent si vite que nos formations n’arriveront jamais à coller à ces besoins spécifiques. Beaucoup d’entreprises, en particulier dans les domaines techniques, ont déjà mis en place des formations complémentaires, adaptées à leurs besoins et destinées aux jeunes diplômés. Et ça, je pense que c’est la bonne solution. Jamais l’université ne sera capable de profiler les étudiants selon les critères des entreprises, que ce soit en sciences humaines ou en ingénierie. La notion d’employabilité est une aberration car en plus de nuire à la qualité des enseignements, elle n’apporte rien aux étudiants. (35:54)

In Viallet, J.-R. (2016). Etudiants, l’avenir à crédit.