Combien mesure le risque d’erreur de type 1 ?

D’abord, le risque d’erreur de type 1 (se tromper en rejetant H0) n’est pas mesuré par « p < .05 » parce que « p < .05 » ne désigne pas une probabilité mais un intervalle — dont la probabilité vaut (mesure) 0,05.

Ensuite H0 est vraie par construction — sinon on ne pourrait pas déterminer la valeur-seuil telle que p < .05. Donc on se trompe nécessairement en rejetant H0.1

D’une manière générale et par construction des règles de la logique, la probabilité qu’une phrase soit fausse quand on la déclare vraie ou vraie quand on la déclare fausse mesure 0 si on se trompe et 1 si on ne se trompe pas.2 Ce qui importe, c’est que, dans le cas de figure, comme H0 est vraie, la probabilité de se tromper en rejetant H0 mesure 1.

Corollaire. La probabilité de se tromper en croyant qu’on sait mesurer empiriquement le risque d’erreur de type 1 vaut 1.

Note. On pourrait objecter que quand on dit que H0 peut être fausse, on ne parle pas de l’objet mathématique H0, mais de ce qui se passe dans le monde auquel on cherche à accéder empiriquement. Dans ce cas, on a oublié, je suppose, de répondre à la question : comment H0 pourrait être une théorie du monde auquel on s’intéresse ? Pour autant que je sache, les statisticiens sont les premiers à admettre que quand on prend leurs modèles probabilistes pour des théories qui décrivent ce qui se passe, ces théories sont fausses (e.g,. Embretson & Reise, 2000). Dans ce cas, le risque de se tromper en rejetant H0 mesure 0.

  1. Du reste, H0 n’a pas de falsificateur dans l’ensemble des valeurs possibles de la variable-test — elle est, du point de vue de ce référentiel, tautologique. []
  2. Et qui sait si on se trompe ? Si celui qui sait existe, je ne le connais pas merci de prendre contact avec moi il sera bien accueilli. []

Définition. Une OPA sem en paradigmatique des sciences

Une offre publique d’achat est une OPA. L’usage de la métaphore en science étant sujet à caution, pourquoi utiliser cette expression pour décrire ce qui peut se passer dans un paradigme scientifique ? 

Définition subsidiaire 1. Paradigme scientifique — se dit d’un ensemble de discours et de pratiques qui se désignent comme « scientifiques ».

Définition subsidiaire 2. Paradigmatique des sciences — une disciple de la philosophie des sciences qui s’occupe de décrire le mode d’existence des sciences à travers ses discours et ses pratiques.

Une OPA sémantique (abrégé OPA sem) en paradigmatique des sciences consiste dans ce phénomène linguistique : le sens académique, technique, scientifique, etc. d’une expression porte sur un domaine plus restreint que le sens non-contrôlé de cette expression. Autrement dit, quand on parle d’une OPA sem, on énonce dans un langage imagé qu’il s’est passé quelque chose particulier, une restriction de sens — l’analogie de la métaphore tenant à ce qu’une OPA en économie entraîne une restriction économique, à savoir que certaines possibilités économiques ont disparu.1

Exemple d’OPA sem en psychologie : « hypothesis testing » est une expression qui désigne spécifiquement, exclusivement, le test d’hypothèses nulles définies en statistique. Par conséquent, elle ne désigne plus le test d’hypothèse tel qu’il a été connu dans le domaine de la démarche dite hypothético-déductive en science. Une conséquence probable de cette OPA est qu’on ne s’intéresse plus aux travaux qui se donneraient pour objectif de tester des hypothèses scientifiques, notamment psychologiques, sans le recours à la statistique dite inférentielle.2

Deuxième exemple d’OPA sem en psychologie et sciences connexes : en psychologie et sciences connexes, un résultat expérimental est dit scientifique si au moins une hypothèse nulle a été testée. L’effet de l’OPA sem en question est qu’aucun résultat expérimental qui ne s’accompagne d’un test statistique d’hypothèse nulle (« null hypothesis significance testing ») n’est scientifique. Il s’agit d’un contrôle, ou encore d’une censure, qui s’exerce sur la valeur de l’expérience ou encore sur l’expérience valable (qui vaut).

  1. D’après le Trésor de la Langue Française : Procédure consistant, pour une société A (la société initiatrice) désirant prendre ou renforcer son contrôle sur la société B, à proposer publiquement aux actionnaires de la société visée le rachat de leurs titres à un prix supérieur au cours de la bourse, pendant une période limitée, et sous réserve qu’au terme de cette période le nombre de titres demandés par la société initiatrice soit atteint. []
  2. La police académique n’interdit pas de collectionner des exemples d’OPA sémantique dans tel ou tel secteur de la recherche académique. []

49a. Un exemple de test d’aptitude : « l’oreille »

Il m’est arrivé d’entendre dire que j’enseigne que les tests (psy) ne valent rien. Voici un démenti exemple à l’appui, que j’ai trouvé dans un bouquin sur Pat Metheny (Florin & Ségala, 2017).

Je me souviens très bien qu’au cours élémentaire, on a passé un test d’aptitudes musicales dont s’était chargé Monsieur House. On devait repérer laquelle de deux notes était la plus aigüe, en partant d’une octave et en resserrant l’intervalle. Moi ça me paraissait évident, mais j’étais le seul à avoir tout juste et je me disais : « Comment se fait-il que les autres n’entendent pas ça ? » (p. 28)

A-t-on besoin de déduire de « les aptitudes musicales ne sont pas une grandeur — et donc ne sont pas mesurables » que ce test ne vaut (ne sert à) rien ?

Référence

Florin, L., & Ségala, P. (2017). Pat Metheny : artiste plunique. Editions du Layeur.

Sur empirisme, psychanalyse, écoute et temps

Soyons empiriques : si la psychanalyse marche, c’est-à-dire s’il se trouve que la majorité de ses pratiquants défend sa psychanalyse, ce n’est pas parce que telle ou telle théorie psychanalytique est vraie, c’est parce qu’on les écoute.

D’où, abductivement, la possibilité que (i) on ait tous besoin d’être écouté et que (ii) on ne soit pas assez écouté — sinon ça ne ferait pas du bien d’être écouté. Un truc qui corrobore : être écouté implique avoir du temps donc pas de temps implique ne pas être écouté ; or le temps manque.

D’où une préconisation de santé psychologique : prendre du temps. Corollaire politique : fabriquer le droit de chacun à disposer du temps.

2018-04-11.

George Bernanos sur les notes scolaires

Elles [les notes de l’abbé Donissan au séminaire] sont médiocres, franchement médiocres, mais Dieu sait dans quel sens, et si c’est la médiocrité de l’élève qu’elles prouvent, ou du maître ! (99-100)

Bernanos (1926/2008). Sous le ciel de Satan. Paris: Gallimard.

La psychologie est-elle une science ?

La réponse dépend d’un point de positionnement éthique. Car de deux choses l’une : soit on accepte que telle ou telle personne susceptible de faire l’objet de la psychologie soit une chose, car il faut bien qu’une science empirique1 soit une science de quelque chose.

Ou bien on refuse que cette personne soit traitée comme une chose, ou seulement du bout de la pensée parce que, conformément à l’exigence de Simone Weil (1957), la personne est sacrée, et alors elle échappe à la démarche scientifique2 ; et dans cette échappée, la personne comme objet de pensée peut devenir, éventuellement, objet d’émerveillement.

Et qu’on ne raconte pas que la psychanalyse échappe au problème de la vérité de son savoir en appelant sa chose le sujet ; je ne vois pas que Freud ou Lacan par exemple se soient privés de considérer les sujets comme des choses3.

Une psychologie académique s’est édifiée avec de légers emprunts humains pour parler de personnes typiques. Mais en confondant le typique et le général, elle accepte par avance que son savoir typique soit faux dès qu’il s’applique à quelqu’un.4.

Référence

Weil, S. (1957). Écrits de Londres. Paris : Gallimard.

date : 2018/07/18

  1. et la psychologie,si elle était une science, ne saurait pas ne pas être empirique []
  2. qui a pour condition nécessaire d’avoir un objet qui doit pouvoir être soumis à des tests parce qu’elle connaît par analyse ; comme ce qu’il y a de sacré dans la personne est non pas sa singularité (chaque brin d’herbe d’une prairie est singulier) mais ce qu’on appelle son âme, et comme l’âme n’implique aucune impossibilité, l’âme ne saurait permettre un apprentissage scientifique []
  3. ne sommes-nous pas, en psychanalyse, des choses vivantes aux prises de l’inconscient ou du langage? []
  4. Remarque pratique : si c’est l’autre qui façonne ce que nous sommes en tant que non-choses, il s’agirait plutôt, en psychologie, de déterminer ce que nous aimons en l’autre — lire un peu Levinas peut valoir la peine. []

Sur possibilité et vérité

Une possibilité ne peut être vraie — elle peut exister ou ne pas exister (ici, être = exister) et si elle existe, elle peut s’actualiser ou ne pas s’actualiser. Et qu’une possibilité existe est une phrase vraie ou fausse. De la même manière, une possibilité ne peut pas être fausse.

Il n’y a que les phrases qui peuvent être vraies ou fausses. Encore existe-il peut-être des phrases qui ne sont ni vraies ni fausses : je ne vois pas à quel titre toute phrase devrait être vraie ou fausse (ou pourquoi une phrase ni vraie ni fausse ne pourrait pas exister).

date : 2018/05/05

Sur la connerie (ou la bêtise)

Qu’est-ce qu’être con ? Etre un  « agent supposé ‘myope’ et disposer uniquement d’une rationalité adaptative » — tiré de Individualisme méthodologique (Wikipedia, à propos de la théorie des jeux évolutionnistes). Comme on est tous « myope » — au sens de l’ignorance dont nous sommes affectés concernant ce qui se passe — la connerie c’est l’égoïsme. La théorie des jeux évolutionnistes a-t-elle été essayée en partant de la générosité comme méta-but stratégique ?

date : 2018/03/20

Albert Jacquard sur les mathématiques cache-misère

Trop souvent les mathématiques sont … utilisées comme un cache-misère conceptuel. Lorsque l’on ne sait pas trop bien de quoi on parle, il est tentant, pour faire illusion et camoufler le flou de la pensée, de représenter sans le définir l’objet du discours par un symbole, et d’introduire ce symbole dans quelques équations. Plus ces équations sont compliquées, plus elles feront appel à des dérivées secondes ou à des intégrales, plus le tour de passe-passe sera réussi. Cette débauche de moyens édifie une façade de scientificité qui décourage la critique. (p. 86)

Jacquard, A. (1998). L’équation du nénuphar : les plaisirs de la science. Paris : Calmann-Lévy.

Thomas Mergel sur l’employabilité

Le processus de Bologne a instauré le concept d’employabilité. Il s’agit d’une approche extrêmement utilitariste de la formation universitaire. Pour ma part je la considère comme totalement dépassée. Le monde professionnel et les métiers eux-mêmes évoluent si vite que nos formations n’arriveront jamais à coller à ces besoins spécifiques. Beaucoup d’entreprises, en particulier dans les domaines techniques, ont déjà mis en place des formations complémentaires, adaptées à leurs besoins et destinées aux jeunes diplômés. Et ça, je pense que c’est la bonne solution. Jamais l’université ne sera capable de profiler les étudiants selon les critères des entreprises, que ce soit en sciences humaines ou en ingénierie. La notion d’employabilité est une aberration car en plus de nuire à la qualité des enseignements, elle n’apporte rien aux étudiants. (35:54)

In Viallet, J.-R. (2016). Etudiants, l’avenir à crédit.

Christian Laval sur le capital humain

Le capital humain c’est quoi ? C’est le fait qu’on considère qu’un individu dispose d’un stock de compétences et de connaissances valorisables sur le marché et qui a donc une rentabilité. L’ensemble de la formation et en particulier de la formation universitaire doit consister à accroître à augmenter ce capital personnel ; et donc on suppose par là que la connaissance fait partie du capital humain et va donner des revenus. Il serait donc légitime de demander à l’individu lui-même de financer la formation de ce capital et pour cela de s’endetter. Il y a donc un rapport entre le coût des études et ce que les études sont censées rapporter. Mais vous voyez que, finalement dans cette logique, la connaissance n’a plus qu’une valeur économique. Et cette valeur économique elle est censée discipliner l’étudiant. C’est-à-dire qu’on suppose, désormais, que l’étudiant suivra d’autant plus assidûment ses études, qu’il sera d’autant plus sérieux, qu’il aura payé cher. On a tout réduit, dans cette logique-là, à la dimension de la marchandise. (31:25)

In Viallet, J.-R. (2016). Etudiants, l’avenir à crédit.

Empirical vs. mathematical measurement

Mathematical measurement, i.e. the concept of a measurable function, and hence, the concept of probability, are not empirical issues. The measurement issue in empirical sciences is empirical, as it matters with theory and the world as far as we can name it, or with experience if one does not want to engage in metaphysical ontology. It follows that one cannot consistently claim that the mathematical meaning of the word « measurement » suffices to enable one to juge whether empirical measurement has been achieved in a given area of observables; as what is needed is empirical testing, not only definitions. Use at least one testable theory of measurement before claiming that measurement has been achived in a certain psychological area. (See here for an example of a testable theory of measurement, and my comment on Stevens’ approach to measurement here).

date: 2017/12/28.

Sur les savants, les logiciens, les psychologues et les musiciens

Tout logicien est un savant mais pas tout savant est un logicien. Les philosophes ne sont pas tous des logiciens. Et d’ailleurs, tout logicien n’est pas un philosophe, du moins en principe. Mais un logicien est un savant parce qu’il a le savoir de la logique (ou au moins une partie de ce savoir — c’est que le savoir est un ensemble (et je précise que par savoir, j’entends toute sorte de savoir, y compris celui qui s’exprime dans la pratique). Il en va de même pour les psychologues : tout psychologue n’est pas un logicien, et cela n’empêche pas qu’il puisse exister un psychologue qui soit logicien.

Le tout est de savoir si la psychologie, considérée comme institution (terme flou pour permettre de donner une intention à une non-personne), se donne l’exigence d’être logique. La réponse est négative dès lors que cette psychologie proclame qu’elle se fiche de la vérité — si elle se contente de démultiplier la vérité en autant de bulles subjectives alors rien n’interdit que ces bulles ne se rencontrent et, si elles existent toujours après la rencontre, qu’elles ne connaissent un partage de (la) vérité.

Si la psychologie refuse d’être logique, ou n’est logique que par intermittence, comment y mettre de l’ordre ? Il est possible que la psychologie soit une discipline dont la discipline, au sens des possiblement multiples objectifs qu’elle vise, consiste à ne pas permettre de mise en ordre, une sorte de force dissolvante dans le champ du savoir.

Note. Tandis que la musique est une discipline qui consiste, jouant avec l’ordre du son, ce qui n’a rien à voir, et, s’y éprouvant (expérience de la chose), à mieux connaître cet ordre. Mais qu’a-t-on à connaître par la psychologie si celle-ci refuse tout ordre ? On peut remarquer l’analogie entre l’adolescence (ou la révolte générale, fureur inextinguible) et la jeunesse de la discipline. Peut-être faut-il attendre qu’un ordre psychologique ait été bien découvert pour que la psychologie s’assagisse et s’organise autour de son objet. A ma connaissance, ce n’est pas encore fait.

date : 28/11/2017