Cesare Beccaria sur les hommes et les lois

Les lois les plus sages ont pour but naturel d’étendre à tous les hommes les avantages de l’existence et de combattre tout ce qui tend à les concentrer sur un petit nombre et à accumuler d’un côté la puissance et le bonheur, de l’autre la faiblesse et la misère. Or les hommes abandonnent généralement le soin de régler leurs affaires les plus importantes à l’appréciation et aux décisions occasionnelles de ceux dont l’intérêt est de s’opposer précisément à ces lois. Aussi n’est-ce qu’après avoir passé par mille erreurs quant aux choses essentielles à la vie et à la liberté, et lorsqu’ils sont las d’endurer des maux parvenus à leur comble, qu’ils se décident à remédier aux désordres qui les accablent. Alors enfin ils reconnaissent les vérités les plus évidentes, qui, par leur simplicité même, échappent aux esprits vulgaires, incapables d’analyser les choses et accoutumés à en recevoir les impressions toutes faites, par tradition plus que par examen. (p. 59)

Beccaria, C. (1991). Des délits et des peines. Paris : Flammarion. (Trad. M. Chevallier, première publication anonyme en 1764, Livourne, Italie)



Citer ce billet
Stéphane Vautier (2015, 29 novembre). Cesare Beccaria sur les hommes et les lois. Épistémologie de la psychologie. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ogqh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.