Karl Popper sur curiosité théorique et praticalisme

Je souhaite donc qu’il soit tout à fait clair que je considère que l’intérêt du théoricien pour l’explication, c’est-à-dire pour la découverte de théories explicatives, est irréductible à l’intérêt qu’il porte à la déduction de prédictions permettant des applications pratiques. L’intérêt du théoricien pour des prévisions peut, d’autre part, s’expliquer par l’intérêt qu’il porte à la question de savoir si ses théories sont vraies ou, en d’autres termes, par l’intérêt qu’il a à soumettre ses théories à des tests pour essayer de voir si l’on ne peut pas prouver leur fausseté. (p. 59, note 1*)

Popper, K. (1973). La logique de la découverte scientifique. Paris : Payot. (Original publié en allemand en 1934 avec la mention « 1935 », note du traducteur de l’édition anglaise)

Voir aussi Albert (1979)Duhem (1906/2007) et Michell (1997).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.