Thomas Mergel sur l’employabilité

Le processus de Bologne a instauré le concept d’employabilité. Il s’agit d’une approche extrêmement utilitariste de la formation universitaire. Pour ma part je la considère comme totalement dépassée. Le monde professionnel et les métiers eux-mêmes évoluent si vite que nos formations n’arriveront jamais à coller à ces besoins spécifiques. Beaucoup d’entreprises, en particulier dans les domaines techniques, ont déjà mis en place des formations complémentaires, adaptées à leurs besoins et destinées aux jeunes diplômés. Et ça, je pense que c’est la bonne solution. Jamais l’université ne sera capable de profiler les étudiants selon les critères des entreprises, que ce soit en sciences humaines ou en ingénierie. La notion d’employabilité est une aberration car en plus de nuire à la qualité des enseignements, elle n’apporte rien aux étudiants. (35:54)

In Viallet, J.-R. (2016). Etudiants, l’avenir à crédit.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.