1a. On ne sait mesurer aucune grandeur psychologique avec des réponses à des tests : faux, vrai, je ne sais pas

Je prétends qu’on ne sait mesurer aucune grandeur psychologique avec des réponses à des tests (psychotechniques). Si j’ai raison, l’idée reçue que les tests permettent de mesurer des grandeurs psychologiques (l’intelligence, l’anxiété etc.) est fausse. Comment se fait-il qu’une telle opinion soit majoritaire en psychologie dite scientifique (mais voir le sondage « Opinions psychotechniques ») ?

Si j’ai tort, qu’on me montre comment on fait pour mesurer au moins une grandeur psychologique avec les réponses d’au moins une personne à au moins un test. Si j’ai raison, et si l’opinion contraire est majoritaire (ce que je crois), comment se fait-il que la majorité se trompe ?

Voici une liste de confusions logiques et d’attitudes intellectuelles qui peuvent aider à comprendre ce qui se passe :

1. Confusions logiques ou sémantiques
1.1. Mesurer c’est noter (ou mettre un score, cf. l’article 10a).
1.2. Ce qui est valable en moyenne pour une liste de cas est valable pour tout cas de la liste.
1.3. Mon degré de croyance en un état E à l’instant t d’un certain objet est la probabilité de cet état E à l’instant t pour cet objet.
1.4. L’addition, c’est pareil que la conjonction (+ = et) ; voir aussi Jacquard (1991, chapitre « L’économie de marché, masque de la réalité »).

2. Mots d’ordre intellectuels
2.1. Il faut hiérarchiser (x est plus que, moins que, ou égal à y).
2.2. Comme on ne saura jamais si une théorie scientifique est vraie, seul compte ce qu’il faut croire pour pouvoir agir ou décider.
2.3. Dans le doute, il vaut mieux croire ce que dit l’autorité (scientifique ou académique).

Il me paraît nécessaire de régler la question pour des raisons plus profondes, qui touchent à ce que les psychologues scientifiques font de la science psychologique. La version officielle en psychologie scientifique, « on sait mesurer avec (des réponses à) des tests », tient grâce à un paradigme qui force ses membres à accepter une fausse idée de ce qu’est l’esprit scientifique : chercher, c’est faire comme « on » nous dit de faire (par opposition à assumer sa liberté intellectuelle pour apporter une contribution aux connaissances actuelles). En soutenant que j’ai raison, je m’attaque à quelques piliers du paradigme, donc j’attaque le paradigme (voir Morin).

Le paradigme de la psychologie scientifique est une forme d’utilitarisme socio-technique, qui légitime la recherche en psychologie par le fait qu’elle est supposée servir à quelque chose dans le champ social. Je ne nie pas les problèmes sociaux, je conteste que la justification des solutions adoptées pour faire face à ces problèmes sociaux puisse reposer entièrement sur les connaissances scientifiques en psychologie. La justification d’une politique (d’action) face à un problème social relève par définition de la politique, c’est-à-dire de la pratique du pouvoir — et la justification d’une pratique de pouvoir relève de l’éthique, c’est-à-dire de ce qui est bien ou mal, préférable ou indésirable — tandis que la justification des théories scientifiques relève de la vérité, ce qui entraîne qu’un scientifique est essentiellement utile pour démolir des théories. Dans cette perspective politique, le paradigme contraint ses membres à (se) faire croire qu’ils savent des choses valorisées par « le pouvoir », alors que la démarche scientifique, appliquée à ce que Gilles-Gaston Granger (1995) appelle le fait humain, consiste à élaborer notre ignorance, pour espérer en tirer quelque sagesse, comme George Canguilhem (1958) l’a bien analysé il y a plus d’un demi-siècle.

Activités proposées autour de cet article : répondre à et pour soi-même à la question formulée dans le titre, répondre aux deux questions « psychotechniques » du sondage, rédiger un commentaire.

Références

Canguilhem, G. (1958). Qu’est-ce que la psychologie ? Revue de Métaphysique et de Morale, 1, 12-25.
Granger, G.-G. (1995). La science et les sciences (2de éd.). Paris : Presses Universitaires de France.


3 réflexions au sujet de « 1a. On ne sait mesurer aucune grandeur psychologique avec des réponses à des tests : faux, vrai, je ne sais pas »

  1. Stéphane Vautier

    Je vous réponds brièvement. Non, pas de polycopié et pour l’instant pas de manuel parce qu’il faut un éditeur. Mais il y a un parcours dans la liste des « billets » de ce blog, selon l’année (L1, L2, L3). Concernant l’impression de ne pas comprendre grand chose, cela me semble normal et plutôt bon signe si l’envie de comprendre est là. Le moins que je puisse faire est de répondre aux commentaires, mais, dans le cadre purement « scolaire », je vous suggère d’utiliser plutôt le forum de votre UE. Enfin, pour essayer de vous donner une idée de l’argument en quelque lignes : si vous mesurez la masse d’un tas de farine avec deux balances de cuisine, vous avez deux nombres. Si vous enlevez un peu de farine (la masse baisse), vous avez encore deux nombres. Et ces deux 2-uplets de nombres sont comparables parce que ces nombres résultent d’un mesurage, formalisé par une fonction croissante qui relie la masse à l’ensemble des nombres qu’on peut lire sur le cadran de la balance. Même raisonnement pour ce qu’on appelle des réponses à des items de test. Les m-uplets qu’on peut observer doivent être comparables. Si ce n’est pas le cas, il est faux que ces réponses soient des mesures. Je vous invite donc, pour continuer, à vous doter d’une définition de ce que mesurer signifie (voir le billet 3a) et l’objectif majeur du cours de L1 est de maîtriser le concept de fonction de mesurage.

    Répondre
  2. Valerie

    Si on ne peut mesurer des grandeurs psychologiques via des tests pourquoi les utilise-t-on encore? Et comment aborder, traiter ces grandeurs sans les quantifier pour qu’elles soient lisibles pour tous?

    Répondre
    1. Stéphane Vautier

      Pour alimenter l’évaluation de quelque chose qui reste à spécifier selon les contextes, l’évaluation devant être redéfinie comme processus d’attribution d’une valeur à une personne, valeur qui suppose qu’on précise l’espace de valeurs qui est nécessaire pour que cette valeur prenne un sens (une signification). De mon point de vue, cet espace de valeurs peut utilement être appréhendé comme un ensemble de valeurs d’usage (par exemple « retenu » ou « rejeté » pour telle fonction dans telle organisation, telle prise en charge, etc.).

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.