2a. Commentaire de la tribune d’Allouche dans Le Monde

Jean-Paul Allouche a eu l’amabilité de me transmettre un pdf de sa récente tribune publiée dans Le Monde, « Connaître n’est pas mesurer ». Où l’on voit que la question du mesurage en psychologie s’inscrit dans une problématique sociétale plus large — voir aussi Gingras (2014), Gori (2014), Porter (1995) et Stengers (2013, chapitre 3).

On lit dans la tribune :

Destinés au début à contourner l’oxymore de la « quantification de la qualité », [les indices] devinrent progressivement sacro-saints. Personne ne remet en cause (ou si peu) [leur] fabrication …, encore moins leur existence, ni même leur fondement épistémologique. … la mise en place et la « sanctification » de ces indices ne sont possibles que grâce à la complicité, volontaire ou pas, des individus à qui on les applique. Même lorsque ces derniers pourraient avoir le choix de contester le bien-fondé ou l’utilisation de ces critères quantitatifs, ou même lorsqu’ils en comprennent parfaitement le fonctionnement pervers, ils les acceptent, par passivité, de peur de déplaire aux « décideurs » ou parce qu’ils comptent bien tirer leur épingle du jeu… au détriment de leurs pairs.

En psychologie, on peut se demander si le cursus de formation méthodologique permet aux étudiants de contester le bien-fondé de l’utilisation des scores psychotechniques à diverses fins. Il est même possible que les responsables pédagogiques de Master voient dans le testage psychotechnique un moyen de booster l’employabilité des futurs psychologues qu’ils livrent sur le marché du travail. Il ne s’agit pas d’affirmer sans discernement que les scores psychotechniques doivent être systématiquement boycottés, mais je rejoins Allouche quant à leur caractère sacro-saint : pas question de se demander s’ils procèdent de lois scientifiques particulières, en particulier des lois d’ordre nécessaires au mesurage (voir la définition du mesurage), et donc pas moyen de s’apercevoir qu’ils ne mesurent rien, tout en assujettissant les personnes mesurées à des normes évaluatives qui fonctionnent comme un contexte naturel. Comme c’est le cas pour un contexte économique, un tel contexte est sujet à révision collective dès lors qu’il est plus nocif qu’utile, pourvu que le collectif possède les moyens intellectuels de cette révision. D’où la dimension éminemment politique de l’évaluation psychotechnique, puisqu’il s’agit alors de discuter ce qui est utile (bon, mais pour qui ?) et nocif.

Références

Allouche, J.-P. (2014, 29 janvier). Connaître n’est pas mesurer. Le Monde. Retrouvé à http://www.lemonde.fr/sciences/article/2014/01/27/connaitre-n-est-pas-mesurer_4355221_1650684.html
Gingras, Y. (2014). Les dérives de l’évaluation de la recherche : du bon usage de la bibliométrie. Paris : Raisons d’agir.
Porter, T. M. (1995). Trust in numbers: The pursuit of objectivity in science and public life. Princeton, NJ: Princeton University Press.
Stengers, I. (2013). Une autre science est possible ! Manifeste pour un ralentissement des sciences. Paris : La Découverte.

Cite this article as: Stéphane Vautier, "2a. Commentaire de la tribune d’Allouche dans Le Monde", in Épistémologie de la psychologie, 14/04/2014, https://epistemo.hypotheses.org/502.


Une réflexion au sujet de « 2a. Commentaire de la tribune d’Allouche dans Le Monde »

  1. Souffron Kathy

    Je suis agréablement surprise de trouver cette réflexion et ces références (R. Gori et Allouche). C’est très intéressant. Malheureusement nous vivons dans le monde professionnel (l’enseignement primaire en ce qui me concerne) sous la dictature des chiffres… non questionnés.
    Merci.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *