Patrick Tort sur la mathématisation des sciences humaines

La mathématisation des sciences humaines non seulement ne produit par elle-même aucune pensée, mais entérine parfois le triomphe de modélisations fondées sur l’arbitraire. Ce n’est pas ainsi que se construit une science et qu’elle occupe son champ. (p. 40)

Tort, P. (2016). Qu’est-ce que le matérialisme ? Introduction à l’Analyse des complexes discursifs. Paris : Belin.

Voir aussi Jacquard (1988).


1 réflexion sur « Patrick Tort sur la mathématisation des sciences humaines »

  1. Stéphane Vautier Auteur de l’article

    Ok pour se méfier de l’effet “math donc sérieux”. Mais (1) mathématiser, c’est penser (et la réciproque est fausse), il faudrait peut-être préciser que calculer n’implique pas penser (à ce qu’on est en train de faire) ; et (2) toute description repose sur un langage de description donc sur un langage et, d’après Saussure, tout langage, en particulier, tout système de signifiants, est arbitraire. Or la modélisation est une forme de description ; alors pourquoi laisser entendre qu’il existerait “des modélisations qui ne seraient pas fondées sur l’arbitraire” ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.