53. Mesurer ou évaluer les gens ? Décider est une responsabilité

Si on mesure quelqu’un, c’est l’objet mesuré qui, de fait puisque c’est aussi un sujet dans une société de sujets, est responsable de sa caractéristique ainsi mesurée. Si on évalue, ce sont les utilisateurs de l’évaluation qui sont responsables de la vérité de la valeur attribuée à l’objet, fût-il un sujet. Ce qui n’empêche pas l’évalué de contester la vérité de ce qui lui est attribué s’il le peut.

Détail. Si on mesure quelqu’un, c’est l’objet mesuré qui, puisque c’est aussi un sujet dans une société de sujets, est responsable de sa caractéristique ainsi mesurée. Parce que l’état dans lequel il se trouve est par principe constitutif de son être (réalisme métaphysique, naturalisation, voire essentialisation).

(Si je mesure 1,90 m, je réponds de mes 1,90 m.)

Si on évalue, ce sont les utilisateurs de l’évaluation qui sont responsables de la vérité de la valeur conférée à l’objet, fût-il un sujet. Parce que cette valeur n’est pas par principe inhérente à son être. Elle est inhérente à l’être de ce par quoi un collectif de sujets fait société et, en particulier, reconnaît ses membres par la construction mystérieuse, c’est-à-dire le repérage (flou) d’une image d’eux dans le référentiel d’un système de valeurs — image dont la théorie précise suppose d’imaginer la mise en relation logiquement calculable de référentiels descriptifs dynamiques à la fois fonctionnellement et structurellement (référentiels à métamorphoses), pour qu’il soit possible d’y représenter la vie des images des objets auxquels on s’intéresse et leurs effets physiques dans le contexte physique (comportemental) où se trouvent ces objets.

Ce qu’on dit de moi m’habille d’une réputation. Je réponds de mon comportement à un test ; dois-je aussi répondre du scorage qu’opère le testeur ainsi que des significations du score ainsi produit, qu’élaborent les utilisateurs des scores ? Dois-je répondre de “mes”1 points de QI ? Si ma quiétude a la moindre valeur, comment puis-je éviter d’être affecté par les évaluations qui me sont attribuées ? Que me veut mon évaluateur ? etc.

C’est pourquoi la question de savoir si les tests psy sont des instruments de mesure ou bien d’évaluation concerne les psychologues (et en particulier les validateurs de tests qui sont aussi des psychologues) : c’est une question de responsabilité vis-à-vis de soi et des autres.

Si les psychologues acceptent que leurs tests soient des instruments d’évaluation, il faut aussi, conséquence oblige, qu’ils acceptent de dire ce qu’ils savent de l’évaluation. S’ils refusent et campent sur le mesurage scientifique, il faut aussi qu’ils acceptent de dire ce qu’ils savent du mesurage comme mode de connaissance scientifique des objets qui les intéressent.

Formalisation : soit e un objet décrit par D(e) où D est une application de l’ensemble des objets descriptibles dans l’ensemble des valeurs descriptives utilisé. Si D(e) est une mesure, alors e est responsable de D(e). Si D(e) est une évaluation, alors e n’est pas responsable de D(e), la responsabilité de D(e) incombe à l’évaluateur et à ceux qui lui reconnaissent une autorité.

Autre formulation : je suis responsable de ce que je suis, pas nécessairement de ce qu’on dit de ce que je suis, ce qui implique que j’ai à décider si j’accepte ou si je n’accepte pas que ce qu’on dit de moi décrive ce que je suis. Comme ce qu’on dit de moi contribue (de façon mal définie) à mon identité (concept mal défini), mon identité n’est pas nécessairement ce que je suis — c’est une image qui m’est donnée. L’être et l’identité d’un objet sont deux concepts logiquement indépendants. De l’être on peut dire “il est” ou “il n’est pas”, le reste relevant de l’identification de l’être, qui est une tentative de connaissance de l’être par “imagerie cognitive”. Si nous avons (cruellement ?) besoin d’une identité pour continuer à être, nous pouvons préférer une image dépréciative à aucune image tellement l’évaluation est un pouvoir de reconnaissance et tellement notre identité résulte de la reconnaissance. (Il n’y a qu’à songer à ce qui arriverait si nous perdions nos identifiants numériques — comptes internet, téléphone, bancaires, numéro de sécu, de carte d’identité, etc.)

Poussons encore : le mesurage est aussi une forme d’identification, donc une contribution à la fabrication d’une image de notre être, d’une identité. Mais ces identifications ont un statut de vérité particulier, attaché au mot “science”. Il n’y a plus de différence entre mesurer et évaluer dès qu’on supprime la vérité scientifique. Mais quelle vérité reste-t-il ? “À chacun sa vérité” ne vaut rien puisque chacun dépend d’au moins un autre. Il faut une vérité qui vaille pour au moins deux — et c’est pourquoi la vérité scientifique est un bien universel, qui est ou devrait être l’honneur de ceux qui sont payés pour faire de la science.

Ce qui prouve que l’évalué est aussi responsable de son évaluation, mais dans un deuxième temps logique, par une nécessité qui, en l’obligeant à s’identifier pour l’autre et par l’autre, le condamne à accepter l’évaluation une fois qu’elle est prononcée. Mais enfin, la vérité d’une évaluation est toujours contestable.

Relire “Vendredi ou les limbes du Pacifique”.

 

 

  1. Ajouter les guillemets car en quoi en suis-je le possesseur ? []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.