Lucien Tenenbaum sur l’amour et la psychothérapie

Toi qui cherches secours…

Toi qui cherches secours,
toi qui cherches remède à ta souffrance,
sur quelque divan que tu t’allonges,
dans quelque asile que tu t’encoconnes,
ouvre tes détecteurs d’amour !

Si nul effluve n’en émane,
que ce soit à te réchauffer ou à circuler
entre ceux qui œuvrent et vivent en ce lieu,
n’hésite pas : fuis.
Tu ne perds rien.

Mais si la peur te vient
et qu’il te prend de fuir
au premier regard,
au moins n’esquive pas la question :
(c’est bien le moins que tu te doives)
ce qui me pousse à décamper,
est-ce le manque d’amour,
ou au contraire qu’il y en ait ?

L’amour,
espéré jamais connu,
comment n’en serais-tu pas effrayé ?
Es-tu même sûr de savoir le reconnaître ?
Et reconnu, de pouvoir l’accueillir ?
Je ne dis pas l’accepter et le vivre
– objet même de ta lutte, ce serait problème résolu –
simplement : le reconnaître, l’accueillir.

S’il y en a,
de celui qui te fait tant défaut et tant peur,
si c’est trop pour toi ou trop tôt,
repars,
mais sans te mentir sur le pourquoi.
Et reviens, quand tu te sentiras prêt. 

Tenenbaum, L. (1995). La psychothérapie un savoir étrange. Barret-Le-Bas : Le souffle d’or.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.