L1

PY0106X : Méthodologie, statistique, mesurage

L’enseignement de méthodologie du mesurage, qui représente quatre heures de cours magistral et deux heures de TD, est le début d’un cours complet qui fut développé dans le cadre de la maquette 2012-2016 des enseignements de licence à l’UFR de psychologie de l’université Toulouse 2. Ce cours est disponible sur Youtube et on pourra se référer aux vidéos 1 et 2.

CM mesurage L1 2016-17 ; deux diaporama pour les TD (le second étant une ébauche pour le niveau L2) : TD 1 Mesurage ; TD 2 Mesurage

2 réflexions au sujet de « L1 »

  1. Tavernier Marie

    Bonjour,
    Suite au regroupement de ce samedi, voici les questions auxquelles je n’arrive pas à trouver de réponses…

    Article 1:
    La confusion logique 1.4 « L’addition, c’est pareil que la conjonction (+ = et) » n’évoque rien pour moi. Pourriez-vous la rendre plus concrète ? Cela renvoie-t-il par exemple au codage numérique des réponses en 0/1 (dans le cas d’un format de réponse discret) qui peut faire illusion, en faisant croire par exemple que ces nombres sont des quantités que l’on peut additionner?

    Article 4: Je ne comprends pas la notion de « saut qualitatif », ni la phrase « Par conséquent, bien qu’on puisse considérer les réponses ( à la Standford Sleepiness Scale) comme « la référence d’un certain niveau de somnolence » (Falissard) et ne pas considérer les réponses de l’échelle Clinical Global Impression-Severity comme la référence d’un certain niveau de gravité de la maladie (…) ». Est-ce en raison du mode « auto-évalué » de l’utilisation de la première échelle contrairement au mode d’utilisation « hétéro » de la deuxième? Dans quel sens faut-il comprendre le verbe « considérer » et le nom « référence »?

    Article 7 Mes connaissances sur les fonctions ne me permettent sans doute pas de comprendre ce qu’est une « fonction affine » (y = ax ?) et c’est peut-être ce qui explique ma difficulté à saisir la différence entre « le nombre réel positif » de la longueur et l’ « intervalle » exprimé par la description. Pourquoi si je dis que la planche mesure « 45 centimètres », cela signifie que « l’image de la longueur par la fonction de mesurage est un nombre qui se trouve dans l’intervalle (44 cm, 46 cm) »? Quelque chose m’échappe au sujet de cet intervalle…
    Ce qui m’empêche sans doute aussi de comprendre la fin de l’article dans lequel vous revenez sur le fameux « saut qualitatif »…

    Je vous remercie d’avance. Et vous avez raison, en cherchant à rédiger les questions que je souhaitais vous soumettre, j’en ai éliminé un certain nombre. Tenter de les formuler clairement m’a permis d’en trouver seule les réponses!

    Répondre
    1. Stéphane Vautier

      Article 1a
      Considérez que Paul a réussi deux items et échoué un troisième, ce qu’on note par 110. Il a réussi le premier ET le second ET échoué le troisième. Si on remplace ET par PLUS, PLUS ne veut pas dire qu’on ajoute des quantités, cela veut dire ET ou PUIS. Dans le langage courant, on ne fait pas attention et « ça passe ». Dans le domaine du mesurage, on raisonne sur des quantités théoriques, qui peuvent, par définition s’ajouter les unes aux autres. Mais cela n’implique pas qu’on sache les mesurer. Si on transforme 1 et 1 et 0 en 1 + 1 + 0 pour arriver à 2, ce nombre n’a aucune signification scientifique. Si le premier 1 désigne une quantité, laquelle ? Idem pour le deuxième 1 et le 0. Si ces nombres indiquaient des quantités, elles seraient bien sûr additives, mais le fait est qu’on les ignore et que si elles existent, leur somme n’est probablement pas égale à 3 unités de mesure (et quelle est l’unité de mesure ?) de la grandeur.

      Article 6a (et non pas 4)
      Ce qui est discuté dans l’article est un commentaire de ce qu’avance Falissard (2008) à propos de la distinction entre mesure-impression et mesure-étalon. Peut-être faut-il avoir pris connaissance de l’extrait de l’ouvrage de Falissard pour mieux saisir les tenants et les aboutissants ?

      Article 7a
      Si vous dites que la planche mesure 45 cm, dites-vous qu’elle mesure exactement 45 cm, c’est-à-dire, par exemple, 450 mm ? Si on grossit l’échelle au niveau du micron (0,000 001 mètre), dites-vous qu’elle mesure exactement 450 000 microns ? Prenez une grandeur représentée par le segment [0, max]. Prenez maintenant une quantité de cette grandeur : elle est représentée par un point dans [0, max]. Quand on mesure cette quantité, on mesure un point et l’image de la fonction de mesurage est un point. Mais pour connaître ce point-image, il faut faire une lecture (par exemple, avec un mètre-ruban). Or, sur le mètre-ruban, on ne peut pas déterminer le point-image exactement, mais seulement l’encadrer, c’est-à-dire déterminer une borne supérieure (il ne peut pas être plus grand que cette borne) et une borne inférieure (il ne peut pas être plus petit que cette borne). Plus la distance entre ces deux bornes est petite, plus la mesure est précise. Il n’existe pas de mesure parfaitement précise si la fonction de mesurage est continue à cause de ce problème de lecture. La situation est radicalement différente lorsque la fonction de mesurage est discontinue (ie., lorsque le format de réponse est discret).

      Répondre

Répondre à Tavernier Marie Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *