Archives par étiquette : temps

Définition : le temps

Le temps est ce qui permet de dire “vrai qu’il existe une entité identique à elle-même aux dates t et t‘ !”. Sinon on ne pourrait pas observer son état parce qu’observer prend du temps et qu’observer un état est observer un état et pas deux ni une infinité, entre le début t et la fin t‘ de l’observation d’une entité durable puisqu’il s’agit de son état.

Alors que puisque t est différent de t‘, cette entité a changé de date, et que comme sa date est un de ses attributs, un de ses attributs a changé donc elle n’est pas identique à elle-même (sinon aucun de ses attributs n’aurait changé). Si on accepte que l’idée d’une entité capable de permanence est contradictoire donc fausse, il n’y a rien à connaître qui ne soit éphémère.

C’est pourquoi merci le temps comme mystère qui a la propriété de régler la contradiction et rendre possible la connaissance d’au moins une entité. Or il n’est pas sûr que le temps/mystère existe parce que les mesures de t et t‘ sont des représentations1. Et si le temps n’existe pas il ne peut pas permettre d’énoncer la première phrase sans énoncer une erreur.

Il est nécessaire que le mystère existe si on veut de la connaissance sur au moins une entité durable. J’appelle (je mets) l’objet nommé Mystère (dans la) classe des énoncés d’ignorance et je remarque que pas de connaissance sans ignorance.

Bravo une science ou une philosophie qui respecteraient les énoncés d’ignorance parce qu’il peut être utile de savoir ce qu’on ignore — par exemple de savoir qu’on ignore ce qu’est le temps et que par conséquent, il vaut mieux chercher à savoir ce que nous devons/voulons faire de notre temps (“vrai problème”) que de savoir comment agir sur le temps dont nous disposons (“faux problème”). Merci Monsieur Etienne Klein.

  1. mot piège : qu’est-ce qu’une représentation ? Je ne sais pas au juste mais par définition une représentation de x n’est pas x. []

Sur empirisme, psychanalyse, écoute et temps

Soyons empiriques : si la psychanalyse marche, c’est-à-dire s’il se trouve que la majorité de ses pratiquants défend sa psychanalyse, ce n’est pas parce que telle ou telle théorie psychanalytique est vraie, c’est parce qu’on les écoute.

D’où, abductivement, la possibilité que (i) on ait tous besoin d’être écouté et que (ii) on ne soit pas assez écouté — sinon ça ne ferait pas du bien d’être écouté. Un truc qui corrobore : être écouté implique avoir du temps donc pas de temps implique ne pas être écouté ; or le temps manque.

D’où une préconisation de santé psychologique : prendre du temps. Corollaire politique : fabriquer le droit de chacun à disposer de soi (puisqu’on ne peut pas agir sur le temps, par exemple en le ralentissant).

2018-04-11.