Michel Bitbol sur la scientificité

[…] les sciences ne tirent pas leur part de certitude d’un accès aux (hypothétiques) propriétés intrinsèques des choses, mais d’une maîtrise des conditions d’établissement de relations entre des phénomènes eux-mêmes relatifs aux formes de connaissances. (p. 11)

Bitbol, M. (2010). De l’intérieur du monde. Pour une philosophie et une science des relations. Paris : Flammarion.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.