Jerome Kagan sur les préjugés

Si vous aviez vécu en Europe à la fin du XVe siècle, vous auriez cru que les sorcières déclenchaient des maladies, que punir sévèrement un enfant lui inspirait une utile crainte de l’autorité ou encore que rechercher le plaisir sexuel réduisait l’énergie vitale de l’homme et lui fermait définitivement les portes du Paradis. Aujourd’hui, cinq siècles plus tard, les sciences du comportement humain, qui sont très vivaces mais encore jeunes, se prévalent d’un grand nombre d’affirmations tout aussi fallacieuses (p. 9).

Kagan, J. (2000). Des idées reçues en psychologie. Paris : Odile Jacob.



Citer ce billet
Stéphane Vautier (2013, 15 mars). Jerome Kagan sur les préjugés. Épistémologie de la psychologie. Consulté le 3 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ognp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.