Edgar Morin sur la révolution paradigmatique

Comme toute révolution, une révolution paradigmatique attaque d’énormes évidences, lèse d’énormes intérêts, suscite d’énormes résistances. Les doctrines qu’un paradigme a suscitées sont ses chiens de garde qui attaquent avec fureur tout ce qui menace leur maître. Une doctrine mortellement blessée peut se faire remplacer par une autre doctrine, qui sauve le paradigme menacé. La résistance du paradigme est la plus grande de toutes, car elle se confond, pour ses assujetis, à l’évidence logique et empirique.

… La révolution paradigmatique menace non seulement des concepts, des idées et des théories, mais aussi le statut, le prestige, la carrière de tous ceux qui vivaient matériellement et psychiquement de la croyance établie. Les initiateurs doivent braver non seulement des censures et des interdits, mais la haine. (pp. 1836-1837)

Morin, E. (2008). La méthode II. Paris : Seuil.

Voir aussi Horkeihmer et Adorno (1974), Kundera (1984), Notturno (2000).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.