1 réflexion sur « Rom Harré on accidental generalizations »

  1. Stéphane Vautier Auteur de l’article

    Cette définition des “faits généraux accidentels”, opposés à des lois naturelles, permet d’approfondir l’analyse de ce que j’appelle (i) un fait général en référence à un ensemble fini d’unités d’observation (Omega indice n) et (ii) une loi lorsqu’on étend ce fait général à une population d’unités d’observation (Omega sans indice) qui contient Omega indice n (Vautier, 2011b, 2013). Tandis que, de mon point de vue, donner (provisoirement) le statut de loi à un fait général signifie qu’on prend au sérieux la possibilité de l’existence d’une nécessité naturelle, Harré exige l’explicitation d’un mécanisme générateur duquel déduire le fait général.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.