Hervé Zwirm sur l’espérance scientiste fin XIXe siècle

Les savants de la fin du XIXe siècle pensent, dans leur grande majorité, que la science est construite sur des fondations suffisamment assurées et solides pour que nous n’ayons pas à douter de la vérité des théories scientifiques. Ils pensent de plus, que le monde qui nous entoure, tel que nous le percevons, constitue la réalité et qu’au moins en principe, la science est capable de décrire, de prédire et d’expliquer la quasi-totalité de cette réalité. Si certains phénomènes lui échappent encore, ce n’est pas parce que la science ne peut pas les appréhender mais uniquement parce que les théories de l’époque ne sont pas totalement achevées. Pour eux, il est certain que petit à petit, les nouvelles avancées de la connaissance permettront de diminuer la part de ce qui est encore inconnu, imprévisible ou incompris et que cette part devra finalement, sinon disparaître totalement, du moins devenir négligeable. (p. 13)

Zwirm, H. (2000). Les limites de la connaissance. Paris : Odile Jacob.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.