Michel Foucault et le “pouvoir-savoir”

Il faut plutôt admettre que le pouvoir produit du savoir (et pas simplement en le favorisant parce qu’il le sert ou en l’appliquant parce qu’il est utile) ; que pouvoir et savoir s’impliquent directement l’un l’autre ; qu’il n’y a pas de relation de pouvoir sans constitution corrélative d’un champ de savoir, ni de savoir qui ne suppose et ne constitue en même temps des relations de pouvoir. Ces rapports de “pouvoir-savoir” ne sont donc pas à analyser à partir d’un sujet de la connaissance qui serait libre ou non par rapport au système du pouvoir ; mais il faut considérer au contraire que le sujet qui connaît, les objets à connaître et les modalités de connaissance sont autant d’effets de ces implications fondamentales du pouvoir-savoir et de leurs transformations historiques. En bref, ce n’est pas l’activité du sujet de la connaissance qui produirait un savoir, utile ou rétif au pouvoir, mais le pouvoir-savoir, les processus et les luttes qui le traversent et dont il est constitué, qui déterminent les formes et les domaines possibles de la connaissance. (pp. 288-289)

Foucault, M. (2015). Surveiller et punir. In M. Foucault (Ed.). Oeuvres II (pp. 261-613). Paris : Gallimard. (Original publié en 1975)


2 réflexions sur « Michel Foucault et le “pouvoir-savoir” »

  1. benjamin sisqueille

    Je pense que le savoir produit aussi des éléments de critique. Il n’y a pas là une contradiction mais bien plutôt la richesse d’un questionnement. De même que le savoir produit du pouvoir, en tant qu’il bloque le savoir critique. La gestion actuelle de la pandémie en est un exemple éblouissant.
    Foucault s’interroge sur le rapport dans lequel se trouvent savoir et pouvoir. Il s’agit d’un rapport, donc d’une écriture Mathématique.
    Dans votre raisonnement vous excluez la possibilité de la critique. Dans la gestion du Covid, les chiffres sont un savoir dit “indiscutable” ils énoncent une vérité. Les contester c’est donc mentir. Le savoir de la science est le pouvoir du politique. Mais le poltique a donné à la science le pouvoir qu’avait autrefois le religieux. Non seulement le vrai n’est qu’un éclat du faux, mais l’absolu dans lequel se place le pouvoir, par le biais d’un savoir qui se réclame d’une vérité totale, peut absolument être remis en question. Cela s’appelle le doute, la dialectique, la démocratie, bref la philosophie je crois ?

    Répondre
  2. Stéphane Vautier Auteur de l’article

    Ok mais quand Foucault écrit cela, il produit un savoir (ou bien non ?). S’il applique à lui-même ce qu’il dit, n’est-il pas en train de nier qu’il soit l’auteur (ou le sujet) de son discours ? Le pouvoir-savoir parlerait à sa place ? Foucault ne serait qu’un porte-voix ? Si le sujet pensif n’est pas libre du pouvoir lorsqu’il réfléchit, comment Foucault peut-il énoncer ce qu’il énonce ? Cette liberté n’est pas nécessairement vraie en tout temps et en tout lieu, il faut disposer de soi-même pour penser, mais elle est une condition de possibilité de la production du discours d’un Foucault ou de n’importe qui d’autre qui essaie de comprendre “ce qui se passe”.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.