Bruno Falissard sur “ce que ça fait que de prendre un antidépresseur”

Demandez à des internes en psychiatrie ce que ça fait que de prendre un traitement antidépresseur. Vous aurez un silence. Vous aurez “ben ça améliore les symptômes de la dépression”. Demandez à un patient ce que ça fait que de prendre un antidépresseur. Et là je rejoins les approches qualitatives, il va vous dire “avant les émotions s’accrochaient à moi je pouvais pas m’en défaire ; maintenant, elles sont à distance, c’est comme s’il y avait une vitre insonorisée entre les gens et moi”. Vous voyez ça n’a rien à voir avec le fait de dire que vous améliorez le score sur une échelle de dépression, ça n’a rien à voir. Ca veut pas dire que l’échelle est pas utile, ça dit autre chose.

Et ça dit d’ailleurs, plein de choses, ça dit que les antidépresseurs ne sont pas des anti-dépresseurs. Ca lutte pas contre la dépression, ça protège les gens de leurs émotions, ça émousse les gens, ça émousse leur émotion, ça les protège. Et on a en même temps l’effet indésirable dans l’effet thérapeutique. Et ça vous voyez, l’essai randomisé ne le dit pas et du coup on ne l’enseigne pas, ce qui est quand même un problème… c’est un problème majeur : on ne sait pas ce que font nos médicaments à nos patients. (24:12)

Falissard, B. (2016, 4 mars). Évaluation des psychothérapies psychanalytiques et évaluation des thérapeutiques. Évaluation qualitative et clinique des psychothérapies psychanalytiques, Lyon.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.