Pierre Rosanvallon à propos des tests psychologiques

Le culte américain des tests, après celui de la phrénologie, a constitué un parfait révélateur de la grande contradiction qui a sous-tendu l’histoire des démocraties capitalistes libérales : la coexistence d’une philosophie égalitaire fondatrice et d’une réalité sociale marquée par de fortes inégalités. C’est en Amérique que cette tension a été la plus vive. Et c’est donc là que la tentation de naturaliser l’inégalité a été la plus manifeste. En étant de la sorte “désocialisée”, l’inégalité a pu prospérer dans un monde viscéralement attaché à l’idée que tous les hommes avaient été créés égaux. Elle n’a cessé d’être légitimée en étant massivement rapportée au seul mérite individuel et aux seuls talents hérités. (p. 145)

Rosanvallon, P. (2011). La société des égaux. Paris : Seuil.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.