Une définition de “théorie falsifiable” par Karl Popper

… l’on qualifie une théorie d’ “empirique” ou de “falsifiable” si elle divise, de manière précise, la classe de tous les énoncés de base en deux sous-classes non vides : celles (sic) de tous les énoncés de base avec lesquels elle est en contradiction (ou qu’elle exclut ou défend) et que nous appelons la classe des falsificateurs virtuels de la théorie et celle des énoncés de base avec lesquels elle n’est pas en contradiction (ou qu’elle “permet”). Nous pouvons poser ceci plus brièvement en disant qu’une théorie est falsifiable si la classe de ses falsificateurs virtuels n’est pas vide.

On peut ajouter qu’une théorie ne fait d’assertion qu’à propos de ses falsificateurs virtuels (elle affirme qu’ils sont faux). Des énoncés permis, elle ne dit rien. Et surtout pas qu’ils sont vrais. (p. 84)

Popper, K. (1973). La logique de la découverte scientifique. Paris : Payot. (Original publié en allemand en 1934 avec la mention « 1935 », note du traducteur de l’édition anglaise)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.