Albert Jacquard sur la différence entre “et” et “plus”

De toutes les erreurs enseignées par l’école, la plus désastreuse est sans doute contenue dans la phrase si souvent présentée comme le prototype des vérités premières : “Deux et deux font quatre, quatre et quatre font huit.” Apparemment, il s’agit là de mathématiques élémentaires ; pourtant, aucun mathématicien ne peut accepter une telle affirmation. (p. 138)

Être rigoureux, c’est d’abord essayer de proprement définir le sens des termes que l’on emploie. Remplacer le constat d’un lien, d’une interaction entre deux éléments du discours, par l’hypothèse qu’il s’agit d’une addition est le plus souvent une trahison de la réalité. (p. 139)

Jacquard, A. (1991). Voici le temps du monde fini. Paris : Seuil.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.