Karl Popper sur la contradiction comme source de la connaissance

Pour autant que la science ou la connaissance puissent commencer quelque part, on peut dire ce qui suit : la connaissance ne commence pas par des perceptions ou des observations, par une collection de données ou de faits, mais bien par des problèmes. Pas de savoir sans problèmes — mais aussi pas de problème sans savoir. Ceci signifie que la connaissance commence par la tension entre savoir et non-savoir : pas de problème sans savoir — pas de problème sans non-savoir. Car tout problème surgit par la découverte que quelque chose dans notre savoir supposé n’est pas tout à fait en ordre; ou encore, en termes logiques, par la découverte d’une contradiction interne entre notre savoir supposé et les faits; ou, exprimé d’une façon peut être plus correcte encore, par la découverte d’une contradiction apparente entre notre savoir supposé et les faits supposés. (p. 76)

Popper, K. R. (1979). La logique des sciences sociales. In T. Adorno & K. Popper (Eds.). De Vienne à Francfort : la querelle allemande des sciences sociales (pp. 73-105). Bruxelles : Editions Complexes. (Original publié en allemand, 1969)

Voir aussi Darwin (1872/2001).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.