Sur la connerie (ou la bêtise)

Qu’est-ce qu’être con ? Etre un  « agent supposé ‘myope’ et disposer uniquement d’une rationalité adaptative » — tiré de Individualisme méthodologique (Wikipedia, à propos de la théorie des jeux évolutionnistes). Comme on est tous « myope » — au sens de l’ignorance dont nous sommes affectés concernant ce qui se passe — la connerie c’est l’égoïsme. La théorie des jeux évolutionnistes a-t-elle été essayée en partant de la générosité comme méta-but stratégique ?


2 réflexions au sujet de « Sur la connerie (ou la bêtise) »

  1. Provoc

    « Qu’est-ce qu’être con ? »

    Un con peut-il se poser cette question et apporter à cette question des réponses exemptes de biais (de connerie bien sûr) ?

    Je ne vous soumets pas cette question par esprit de provocation, mais parce que j’ai toujours évité de me la poser à moi-même, car je redoutais des réponses que je pourrais y apporter (e.g., le con, c’est l’autre).

    Très cordialement.

    FP

    Répondre
    1. Stéphane Vautier Auteur de l’article

      Merci pour vos précautions :). Il faut bien se donner des définitions si on veut réfléchir, ça n’empêche pas qu’on en change par la suite si on trouve qu’elles ne sont pas correctes, fructueuses ou tout autre adjectif normatif qui convienne. Si on accepte la définition de l’individualisme méthodologique (l’agent supposé ‘myope’ et disposer uniquement d’une rationalité adaptative), votre question devient : un tel agent peut-il se demander ce que signifie « être con » ? Et alors il faut savoir si se poser la question répond à une forme de rationalité adaptative, ce qui montre qu’il faut maintenant définir ce que signifie « adaptatif ». Jusqu’à plus ample informé, je crois que l’adaptation est une forme d’utilitarisme qui, posant que l’utile relève de l’évidence, interdit en pratique qu’on se pose par exemple la question « utile pour quoi et à qui ? ». Si je devine bien, l’individualisme méthodologique considère que le bien ultime de l’agent est sa propre pérennité et, comme il s’agit d’économiser la subjectivité — on ne sait pas la fabriquer expérimentalement –, l’autre n’existe pas tout court ; il n’y a que des objets, utiles ou inutiles. Et alors cet agent est con, au moins à mes yeux. Il est au moins assez con pour ne pas pouvoir conclure que le con c’est l’autre puisqu’il n’y a pas d’autre ; assez con aussi pour ne pas pouvoir se demander ce que signifie quelque mot que ce soit — peut-être quelqu’un pourrait-il objecter qu’un ordinateur peut le faire. En face de cette approche machinique, on trouve par exemple celle de Simone Weil qui me paraît intéressante. Du coup, je peux avancer dans ma définition de la connerie : état d’un sujet qui ne tire pas toutes les conséquences de sa subjectivité — en particulier le fait qu’il dépende d’autrui –, en particulier lorsqu’il traite d’autres sujets comme des agents privés de subjectivité.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *