La psychologie est-elle une science ?

La réponse dépend d’un point de positionnement éthique. Car de deux choses l’une : soit on accepte que telle ou telle personne susceptible de faire l’objet de la psychologie soit une chose, car il faut bien qu’une science empirique1 soit une science de quelque chose.

Ou bien on refuse de traiter cette personne comme une chose, ou seulement du bout de la pensée — parce que, conformément à l’exigence de Simone Weil (1957), la personne est sacrée, échappant ainsi à la démarche scientifique2 ; dans cette échappée, la personne comme objet de pensée peut devenir, éventuellement, objet d’émerveillement.

Et qu’on ne raconte pas que la psychanalyse échappe au problème de la vérité de son savoir en appelant sa chose le sujet ; je ne vois pas que Freud ou Lacan par exemple se soient privés de considérer les sujets comme des choses3.

Une psychologie académique s’est édifiée avec de légers emprunts humains pour parler de personnes typiques. Mais en confondant le typique et le général, le majoritaire et le commun, elle accepte que son savoir typique soit faux dès qu’il s’applique à quelqu’un4. La logique n’étant pas au programme de la formation des psychologues, cet académisme est une science de contrefaçon dès qu’on admet le logicisme, c’est-à-dire l’exigence de cohérence logique et l’apprentissage par détection de contradictions, comme condition nécessaire de la scientificité d’un discours.

Référence

Weil, S. (1957). La personne et le sacré, in Écrits de Londres (pp. 9-44) Paris : Gallimard.

date : 2018/07/18

  1. et la psychologie,si elle était une science, ne saurait pas ne pas être empirique []
  2. qui a pour condition nécessaire de se donner un objet pouvant être soumis à des tests parce qu’elle connaît par analyse ; comme ce qu’il y a de sacré dans la personne est non pas sa singularité (chaque brin d’herbe d’une prairie est singulier) mais ce qu’on appelle son âme, et comme l’âme n’implique aucune impossibilité, l’âme ne saurait permettre un apprentissage scientifique []
  3. ne sommes-nous pas, en psychanalyse, des choses vivantes en proie à l’inconscient et au langage? []
  4. Remarque pratique : si c’est l’autre qui façonne ce que nous sommes en tant que non-choses, il s’agirait plutôt, en psychologie, de déterminer ce que nous aimons en l’autre — lire un peu Levinas peut valoir la peine. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.