George Bernanos sur les notes scolaires

Elles [les notes de l’abbé Donissan au séminaire] sont médiocres, franchement médiocres, mais Dieu sait dans quel sens, et si c’est la médiocrité de l’élève qu’elles prouvent, ou du maître ! (99-100)

Bernanos (1926/2008). Sous le ciel de Satan. Paris: Gallimard.


4 réflexions au sujet de « George Bernanos sur les notes scolaires »

  1. woillard

    La médiocrité n’est considérée en tant que telle que dans un rapport de comparabilité sur une échelle conventionnelle instaurée par un « groupe » qui lui donne cet attribut , afin de catégoriser le « capable » et » l incapable » et ce ,selon leur propre savoir et leur propre visée.
    Le médiocre de l ‘un sera le bon de l autre ou encore le moyen d’un tiers… Tout n’est que subjectivité et regard de la « norme ». Or,qu’est ce que la norme? Car la reconnaitre c’est reconnaitre que nous sommes tous soumis à la comparaison d’une « perfection comportementale humaine » auto-proclamée par l’homme .

    Répondre
    1. Stéphane Vautier Auteur de l’article

      Oui bonne question « qu’est-ce que la norme ». La norme est une intersubjectivité, c’est-à-dire qu’elle repose sur l’interdépendance (si chaque subjectivité est autonome vis-à-vis des autres subjectivités, alors pas de norme puisque chacun pense et juge pour soi). C’est ainsi qu’on ne peut pas éviter de vivre dans des systèmes de valeurs. Le problème est alors de savoir comment des subjectivités particulières peuvent agir sur ces « systèmes », ce qui relève de la chose politique il me semble.
      Là où je ne vous suit pas, c’est qu’une échelle de valeurs n’a pas besoin, pour exister dans la culture, de l’idée de « perfection (comportementale humaine) ». Il suffit seulement d’une relation d’ordre pour ordonner les gens les uns par rapport aux autres, laquelle est fabriquée par le scorage ou encore la notation scolaire. D’où, pour les psychologues et autres pédagogues (dont je suis), qu’ils doivent répondre de l’usage qu’ils font des scores qu’ils attribuent aux autres.

      Répondre
  2. Chiara

    Ou bien cette médiocrité n’est-elle que le révélateur du poids de la note supporté par l’élève en vis a vis de l’obsession qu’elle engendre chez les parents?

    Répondre
    1. Stéphane Vautier Auteur de l’article

      En effet, la médiocrité de la note d’un élève, pour exister comme une signification particulière, nécessite que l’échelle des notes toute entière ait une signification, c’est-à-dire que cette échelle soit acceptée à l’avance par la communauté. Il en va de même pour le prix des choses. D’où la question de savoir comment une communauté pourrait être responsable des champs (ou systèmes) d’évaluation dans lesquels elle est plongée (ou qui la structurent).

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.