George Bernanos sur le notes scolaires

Elles [les notes de l’abbé Donissan au séminaire] sont médiocres, franchement médiocres, mais Dieu sait dans quel sens, et si c’est la médiocrité de l’élève qu’elles prouvent, ou du maître ! (99-100)

Bernanos (1926/2008). Sous le ciel de Satan. Paris: Gallimard.


2 réflexions au sujet de « George Bernanos sur le notes scolaires »

  1. Chiara

    Ou bien cette médiocrité n’est-elle que le révélateur du poids de la note supporté par l’élève en vis a vis de l’obsession qu’elle engendre chez les parents?

    Répondre
    1. Stéphane Vautier Auteur de l’article

      En effet, la médiocrité de la note d’un élève, pour exister comme une signification particulière, nécessite que l’échelle des notes toute entière ait une signification, c’est-à-dire que cette échelle soit acceptée à l’avance par la communauté. Il en va de même pour le prix des choses. D’où la question de savoir comment une communauté pourrait être responsable des champs (ou systèmes) d’évaluation dans lesquels elle est plongée (ou qui la structurent).

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.