Sur empirisme, psychanalyse, écoute et temps

Soyons empiriques : si la psychanalyse marche, c’est-à-dire s’il se trouve que la majorité de ses pratiquants défend sa psychanalyse, ce n’est pas parce que telle ou telle théorie psychanalytique est vraie, c’est parce qu’on les écoute.

D’où, abductivement, la possibilité que (i) on ait tous besoin d’être écouté et que (ii) on ne soit pas assez écouté — sinon ça ne ferait pas du bien d’être écouté. Un truc qui corrobore : être écouté implique avoir du temps donc pas de temps implique ne pas être écouté ; or le temps manque.

D’où une préconisation de santé psychologique : prendre du temps. Corollaire politique : fabriquer le droit de chacun à disposer de soi (puisqu’on ne peut pas agir sur le temps, par exemple en le ralentissant).

2018-04-11.


2 réflexions sur « Sur empirisme, psychanalyse, écoute et temps »

  1. Lucie

    Défendre sa théorie implique d’être écouté et être écouté implique avoir du temps donc si pas de temps, pas d’écoute et pas de défense. CQFD : Les psychanalystes défendent leur théories parce qu’ils ont le temps de le faire ? 🙂

    Répondre
    1. Stéphane Vautier Auteur de l’article

      Si on peut défendre sa théorie en parlant aux voitures depuis un pont qui enjambe l’autoroute, alors défendre sa théorie n’implique pas être écouté.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.