49a. Un exemple de test d’aptitude : “l’oreille”

Il m’est arrivé d’entendre dire que j’enseigne que les tests (psy) ne valent rien. Voici un démenti exemple à l’appui, que j’ai trouvé dans un bouquin sur Pat Metheny (Florin & Ségala, 2017).

Je me souviens très bien qu’au cours élémentaire, on a passé un test d’aptitudes musicales dont s’était chargé Monsieur House. On devait repérer laquelle de deux notes était la plus aigüe, en partant d’une octave et en resserrant l’intervalle. Moi ça me paraissait évident, mais j’étais le seul à avoir tout juste et je me disais : “Comment se fait-il que les autres n’entendent pas ça ?” (p. 28)

A-t-on besoin de déduire de “les aptitudes musicales ne sont pas une grandeur — et donc ne sont pas mesurables” que ce test ne vaut (ne sert à) rien ?

Référence

Florin, L., & Ségala, P. (2017). Pat Metheny : artiste plunique. Editions du Layeur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.