4a. Qu’est-ce qu’une explication scientifique ?

Question piège mais je tente une réponse pour l’exposer à la critique.

Expliquer un phénomène de manière scientifique, c’est invoquer la nécessité auquel l’être (ou l’entité) qui est le support (on dit) ontologique de ce phénomène obéit. Une loi scientifique énonce une nécessité métaphysique (ou encore, réputée réelle, supposée ou admise vraie par hypothèse).

Nécessité et impossibilité forment les deux faces du même concept. Si a est nécessaire, non-a est impossible et réciproquement si non-a est nécessaire, a est impossible.

La nécessité de a et l’impossibilité de non-a s’expriment dans le langage des probabilités par P(a) = 1 et P(non-a) = 0.

On n’explique donc pas un phénomène en disant qu’il est « très ou peu probable »1. D’ailleurs on ne sait pas mesurer des probabilités2. Les probabilités en tant qu’objets de la théorie mathématique n’ont d’intérêt scientifique, au sens strict de la recherche de réponses à des « pourquoi ces phénomènes ? » que si elles mettent sur la piste de nécessités (ou lois).

La causalité n’est rien d’autre que l’invocation d’une nécessité. La notion de causalité probabiliste est au pire contradictoire et au mieux mal définie3.

Tant qu’on est incapable d’invoquer une nécessité pour expliquer un phénomène, il faut reconnaître qu’on ne le comprend pas.

Pour finir dans le contexte de la psychologie : la psychologie scientifique contemporaine est une manière de dire des phrases pour cacher que la quasi-totalité des phénomènes psychologiques ne sont pas compris (ou expliqués). D’où l’intérêt de valoriser ce qu’un psychologue est capable de faire : inventorier ce qu’il ne comprend pas, parce qu’alors il peut faire un travail épistémologiquement serein.

Un grand merci à celles ou ceux qui voudront bien me contredire :). Ce noyau d’idées est développé en distinguant l’implication logique et la causalité dans 14a.

  1. ce qui relève en fait du calcul de certitude sous ignorance théorique et pas de l’intelligence dans laquelle on se trouve de ce qui se passe, c’est-à-dire des nécessités à l’oeuvre. []
  2. cf. l’article sur la théorie classique des tests []
  3. parce qu’on confond occurrence singulière et classe d’occurrences. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.