Etienne Klein sur identité et changement

De deux choses l’une : ou bien l’être ou l’objet particulier dont on dit qu’il change demeure un et le même, et alors il n’a pas changé ; ou bien il a vraiment changé, et alors on ne peut plus dire qu’il est un et le même. Il y a comme une incompatibilité de principe entre l’identité et le changement. (p. 101)

Klein, E. (2016). Le facteur temps ne sonne jamais deux fois. Paris : Flammarion. (Première éd. 2007)


1 réflexion sur « Etienne Klein sur identité et changement »

  1. Stéphane Vautier

    Il faut poser que le temps ne vieillit pas si on veut que le temps échappe au problème. Le temps est ce qui rend possible que quoique ce soit qui existe puisse vieillir (et mourir) et je crois bien que cela échappe à la raison, c’est-à-dire que la raison ne peut pas en rendre raison. (Reste à voir qu’est-ce qui meurt.)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.