50. État psychologique, état quantique

Fait psy. Tant qu’on n’a pas administré tel item de test (psy) à Paul, on ne connaît pas sa réponse. Dans le langage quantique : administrer tel item de test à Paul = mesurer la réponse de Paul à cet item.

Fait quantique. Tant qu’on n’a pas mesuré la polarisation (D ou G) d’un photon, on ne connaît pas sa polarisation (merci David Louapre). Dans le langage psy : mesurer la polarisation d’un photon = observer la réponse d’un photon dans le contexte d’une expérience.

Théorie psy. On ignore la réponse de Paul, on utilise une grandeur non-observable (par exemple l’intelligence) dont la quantité est bien définie, déterminée, qui détermine sa réponse lorsqu’il répond au test, à une “erreur de mesure” près qui est formalisée de manière probabiliste.

Théorie quantique. On ignore la réponse du photon tant qu’on n’a pas fait la mesure, on admet que l’état de polarisation du photon est indéterminé ou encore (mes mots) possible au sens restrictif du terme, i.e., non-actualisé. On admet qu’il existe une proportion (quantité) de chaque état propre (i.e., observable) qui détermine la superposition d’états du photon et qui explique pourquoi, tant qu’on n’a pas mesuré la polarisation du photon, celle-ci est un état indéterminé parce que le hasard choisira en fonction des proportions d’états propres.

Question : cherchez les similitudes et les différences.

Paul peut répondre à tel item dichotomique (réponse correcte C, incorrecte I). Selon l’approche quantique, son état est une superposition d’états propres, C et I, déterminée par une proportion de C et une proportion de I. Mais on bute sur deux obstacles.

L’obstacle empirique. Paul mémorise ce qui lui arrive et mobilise ce qu’on appelle sa volonté, ce qui fait qu’on ne va pas pouvoir “tirer” autant de réponses qu’on veut pour compter combien de fois elles sont dans de type C ou I en interprétant ces fréquences comme la manifestation d’une variable aléatoire. Tandis que la théorie quantique n’a pas ce problème puisqu’elle considère autant de clones de Paul (de photons réputés identiques avant la mesure) qu’elle veut.

L’obstacle théorique. De quelle théorie déduire la fonction d’onde de Paul par exemple quand il répond à tel item de test ? (Fonction d’onde, la fonction qui à tout état propre associe une et une seule quantité de possibilité.) Tandis que la théorie quantique, je suppose, permet de calculer à l’avance, dans telles conditions expérimentales, cette fonction d’onde, que Klein (2018, p. 110 note 1) définit comme suit : “La fonction d’onde d’une particule est une fonction mathématique à partir de laquelle on peut calculer la probabilité que ladite particule soit détectée ici ou là”.

Référence

Klein, E. (2018). Matière à contredire : essai de philo-physique. Paris : Flammarion.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.