Sur l’optimisme (et l’estime de soi)

Pour croire en moi, je dois croire en l’humanité. Car si je ne crois pas en l’humanité, je ne crois pas en moi (j’en fais partie). Par conséquent, si on veut mesurer l’optimisme des gens, il faut mesurer leur foi en l’humanité.

Ce qui est important, ce n’est pas l’estimation, et donc pas ce que la psychologie a fabriqué qu’on appelle “estime de soi”. L’école nous estime, merci on voit ce que ça donne… Ce qui compte c’est croire en soi. Les verbes estimer et croire ne sont pas synonymes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.