L’objet de désir de la connaissance objective : situation

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ce que j’appelle “réel, monde, univers, être” dans ce schéma peut aussi s’appeler un “en dehors de l’esprit” (Klein, 2018, p. 35). Klein permet de préciser : “si l’on admet qu’il existe bel et bien un ‘en dehors de l’esprit'” (p. 35). Sinon, il faut effacer la frontière qui sépare l’expérience du réel et l’étiquette du réel du schéma. Mais on ne peut pas effacer le reflet de la lumière, voilà une expérience frappante qui prouve au moins que l’expérience n’est pas équivalente à l’exercice de sa volonté, et qu’on peut sensément appeler “réel” ce qui est dans mon expérience et qui n’obéit pas à ma volonté. C’est cette frontière, entre ce qui se produit dans mon expérience conformément à ma volonté et ce qui s’y produit qui n’est pas conforme à ma volonté, qui est intéressante pour la psychologie : quoi d’autre que moi commande à cette seconde classe d’expériences — ce qui n’est pas la même chose que “comment est cette commande ?” (théorie explicative/descriptive parce que décrire = expliquer).

J’appelle aussi expérience “expérience consciente” — il n’y a pas d’expérience inconsciente soyons clairs.

Qu’est-ce qui empêche que le réel-monde-univers-être soit, lui aussi, une expérience, laquelle demande à être dans un réel-monde-univers-être etc. la régression à l’infini ? Intéressons-nous sinon d’abord, du moins aussi, à notre expérience, au moins cela nous permettra-t-il d’être seul puisque nous serons notre propre interlocuteur.

On pourrait proposer que si un homme ou une femme est un homme ou une femme de connaissance, c’est qu’il ou qu’elle s’adresse à la source des phénomènes qui l’intéressent — sinon à qui ou à quoi poserait-il ou poserait-elle ses questions ? (On ne peut pas apprendre de soi-même seulement.)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.