L’inscription corporelle de l’esprit (F. Varela et al.)

Varela, F., Thompson, E., & Rosch, E. (1993). L’inscription corporelle de l’esprit. Paris : Seuil.

Ouvrage qui me laisse dans un mélange d’enthousiasme et de déception. Bienvenue à l’expérience subjective dans les « sciences cognitives » et à sa « transformation » (p. 25), mais quelle méthodologie scientifique envisager ? Je n’ai pas vu de réponse malgré la promesse que « l’expérience elle-même peut être examinée de manière méthodique » (p. 24). Si la méthode scientifique consiste à tester des hypothèses contre l’expérience, pratiquer la méditation présence/vigilance permet-il de tester des hypothèses et si oui lesquelles ? A l’exception de l’hypothèse d’une sorte de noyau/soi que l’expérience de soi-dans-le-monde ne « saisit » pas et dont la simulation cognitive n’a pas besoin, ce qui suggère qu’une telle chose n’existe pas, je ne vois pas — aucun test au sens strict n’ayant été effectué au demeurant. La démarche scientifique produit des connaissances qui contredisent le vécu1. J’ai plutôt l’impression que l’objectivation scientifique et la « pleine conscience » sont des démarches antinomiques puisque la première construit des modèles tandis que la seconde discipline le « lâcher prise » (paradoxalement puisqu’il faut quand même se mobiliser pour lâcher soi-dans-le-monde).

Si quelqu’un a envie de discuter sur cet ouvrage, ses commentaires sont bienvenus.

  1. e.g., « j’ai un cerveau » n’est pas une expérience (vécue) et pourtant c’est une vérité scientifique. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.